1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. VTC : 9 chauffeurs sur 10 ne déclarent pas toutes les courses
3 min de lecture

VTC : 9 chauffeurs sur 10 ne déclarent pas toutes les courses

La grande majorité des chauffeurs VTC ne déclarent pas toutes leur courses, ce qui constitue une véritable fraude aux charges sociales.

Un VTC de la société Didi en Chine (illustration)
Un VTC de la société Didi en Chine (illustration)
Crédit : JADE GAO / AFP
9 chauffeur VTC travaillent au noir. Sont-ils les seuls fautifs ?
03:38
9 chauffeur VTC travaillent au noir. Sont-ils les seuls fautifs ?
03:39
Martial You - édité par William Vuillez

Les plateformes de VTC déclarent au fisc toutes les courses que font leurs chauffeurs ou leurs livreurs à vélo. Il y a en plus une trace avec les paiements par cartes bancaires et les services fiscaux envoient ces informations aux URSSAF. On compare alors ce que dit la plateforme et ce que le chauffeur a déclaré et 9 fois sur 10 pour les VTC, ça ne correspond pas, selon un constat du Haut Conseil du Financement de la Protection Sociale.

Le montant déclaré par le chauffeur est inférieur voire 3 fois sur 10, il n'a rien déclaré du tout. C'est de la fraude, on appelle ça de l'évasion sociale. 9 VTCistes sur 10, mais également 7 livreurs à vélo sur 10. Quand on sait que ces salariés uberisés sont 125.800 dans le pays, ça donne le vertige. On aboutit à 82,2 millions de cotisations qui n'ont pas été versées à l'État. 

Et les plateformes ne peuvent pas intervenir car elles ne sont pas légalement les employeurs. C'est tout un combat juridique qui est en cours, mais à ce stade, les chauffeurs ou les livreurs sont des auto-entrepreneurs indépendants, des prestataires.

Pourquoi fraudent-ils ?

Il y a deux raisons à cette fraude : les courses ne sont, sans doute, pas assez bien payées et les salariés uberisés ne sont pas assez formés à l'entreprenariat et surtout aux conséquences pour eux d'une fraude aux charges sociales. Sur ce point, les plateformes pourraient prendre leurs responsabilités en accompagnant leurs prestataires aussi dans la gestion de leur micro-société.

À lire aussi

Les chauffeurs ou livreurs ne veulent peut-être pas payer de cotisations pour garder tout l'argent et c'est bien pour ça que c'est une fraude. Mais il faut leur dire qu'ils se mettent en danger comme à chaque fois qu'on explique aux Français qu'on va augmenter leur salaire net en diminuant les charges patronales. C'est un piège !

C'est ce qu'a fait Emmanuel Macron au début de son quinquennat et c'est ce que proposent plusieurs candidats LR, mais ce ne sont pas des charges, ce sont des cotisations. Ça finance la sécurité sociale, le chômage et les retraites. C'est ce qu'on appelle le salaire indirect, la redistribution, le modèle social, solidaire à la française.

Un jeune livreur à vélo se moque de tout ça : il est en forme et la retraite est loin. 
Mais, en cas d'accident, de douleur aux genoux à force de pédaler, de perte de son travail, que va-t-il devenir ? Et quelle retraite aura-t-il dans 40 ans ? On traite la fin du mois et pas la fin de carrière. 

Un modèle libéral à l'Américaine

Ce modèle d'économie et de société peut exister mais il faut le décrire honnêtement aux gens. Quand vous avez du mal à finir le mois, votre urgence c'est demain et pas dans 20 ans évidemment ! C'est pour ça que ça fragilise les plus précaires. Parce que, pour que ce modèle fonctionne, il faut capitaliser à l'avance pour sa retraite, ses frais de santé ou ses périodes d'inactivité. 

Vous voyez bien qu'un chauffeur VTC ou un livreur à vélo ne le fait pas. D'ailleurs, si c'était le cas, ça lui couterait certainement plus cher que les 22% de charges sur son salaire. C'est malhonnête de ne pas payer ses cotisations mais c'est assez malhonnête aussi de jouer sur l'urgence sociale en créant les pauvres de demain.

C'est bien pour ça que les prestataires des plateformes veulent devenir salariés. Ils ont besoin de protection car aujourd'hui, ils sont aussi fragiles que les pizzas qu'ils transportent dans leurs sacs.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/