1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Téléphonie : pourquoi 200 territoires ruraux sont privés de ligne fixe
2 min de lecture

Téléphonie : pourquoi 200 territoires ruraux sont privés de ligne fixe

Plus de 200 élus en France, se battent pour que leurs territoires ruraux aient une ligne fixe, dénonçant un délaissement des opérateurs.

Un téléphone fixe
Un téléphone fixe
Crédit : POUZET / SIPA
Téléphonie : pourquoi 200 territoires ruraux sont privés de ligne fixe
03:15
Téléphonie : pourquoi 200 territoires ruraux sont privés de ligne fixe
03:15
Martial You - édité par William Vuillez

À l'heure de la 5G, 200 élus ruraux se battent pour avoir... le téléphone fixe. On ne parle plus de "zones blanches" où la 4G ne passe pas, là on parle des oubliés de la République. À Beaufort-sur-Gervanne, à Félines-sur-Rimandoule, à Saint-Agnan-en-Vercors... 200 territoires ruraux où on peut rester 6 mois avant d'obtenir une ouverture de ligne fixe, les poteaux téléphoniques endommagés ne sont pas remplacés.

Les 200 élus qui ont signé cette tribune sont inquiets car la convention qui liait l'État et Orange pour assurer l'entretien, ce qu'on appelle le "service universel", vient de s'achever et ils ont peur pour l'avenir. Ce sont des lignes qui ne sont pas rentables, c'est pour ça qu'elles sont délaissées. Cela concerne souvent de vastes territoires avec peu d'habitants. Orange affirme dépenser 500 millions d'euros pour entretenir ce réseau vieillissant mais la vérité, c'est surtout que dépenser de l'argent pour un réseau "cuivre" n'a pas de sens.

L'opérateur essaie de faire évoluer les anciennes lignes vers la fibre pour permettre à ces territoires d'avoir le téléphone fixe et internet en haut débit. La logique s'entend, c'est même essentiel pour l'avenir mais le réseau ne sera totalement modifié qu'en 2030 au plus tôt et, entre temps, vous avez des territoires qui n'ont rien du tout.

La double peine pour ces territoires

C'est forcément pénalisant pour le développement de ces territoires très ruraux. C'est un peu la double peine. D'abord, le sentiment d'abandon, d'être dans une France de seconde zone, invisible. Il ne reste plus que 100 cabines téléphoniques en France aujourd'hui, alors qu'il y en avait 300.000 début 2000. Elles ne servaient plus que quelques secondes par mois, mais, symboliquement, le service public des télécoms était quand même là.

À lire aussi

Aujourd'hui, vous ajoutez à ce sentiment d'abandon, le fait d'être laissé sur le bord de la route du progrès. On vante, l'usine 4.0, la France 5G, le télétravail qui redonne un intérêt aux villes moyennes, aux zones rurales, la téléconsultation médicale pour soigner des personnes quand il n'y a plus de médecin sur place... Tout cela n'existe pas quand vous n'avez pas le téléphone fixe.

Le plus : Carlos Ghosn dans l'oeil du fisc

Libération révèle ce lundi matin que 13 millions d'euros auraient déjà été saisis par les services de Bercy sur les biens et les comptes de l'ancien patron de Renault-Nissan. Au Japon, la procédure judiciaire se poursuit même si Carlos Ghosn est réfugié au Liban depuis un an. La justice lui réclame 80 millions d'euros.

La note : 18/20

18/20 à l'immobilier de la Ligne 14 du métro. Son extension est inaugurée ce lundi du côté de Saint-Ouen en banlieue parisienne. Ça va permettre de désengorger la terrible ligne 13. Selon MeilleursAgents, la perspective de cette ouverture et le Grand Paris dans quelques temps a déjà fait grimper les prix de l'immobilier à Clichy et Saint-Ouen de 10% par an depuis 5 ans.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/