2 min de lecture Fiscalité

Suppression de l'ISF : de plus en plus de riches reviennent en France

ÉDITO - Pour la première fois depuis 15 ans, le nombre de contribuables fortunés qui sont revenus en France en 2018, 250 environ, est plus important que celui des départs, 160 pour la même année.

Francois Lenglet ok Lenglet-Co François Lenglet iTunes RSS
>
Qui l'eut cru : on importe des riches en France ! Crédit Image : AFP / Damien Meyer | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
LENGLET 245300
François Lenglet édité par Paul Turban

Les expatriés fiscaux français reviennent au pays. C'est en effet une inversion de tendance : pour la première fois depuis 15 ans, le nombre de contribuables fortunés qui sont revenus en France en 2018, 250 environ, est plus important que celui des départs, 160 pour la même année. C'est l'un des éléments du rapport élaboré sous l'égide de France Stratégie et publiés ce jeudi 8 octobre

Nous importons désormais plus de riches que nous n'en exportons. En fait, il y a une double inversion de tendance. Le nombre de départs est plus faible qu'auparavant, il y en a eu jusqu'à 900 par an sous François Hollande, et le nombre de retours de Français est plus élevé qu'auparavant. La réforme de l'impôt sur la fortune a produit cela. Il faut rappeler que cette réforme, qui date de 2018, a été emblématique du début du quinquennat Macron. 

Elle était en fait double. Un, l'impôt de solidarité sur la fortune, l'ISF, qui taxait les patrimoines supérieurs à 1,3 million, a été supprimé et remplacé par un impôt sur la fortune immobilière, plus léger donc. Même seuil, même taux, mais il ne frappe que l'immobilier, alors que l'ISF frappait aussi les participations dans les entreprises. 

Deux, la réforme a abaissé sensiblement l'impôt sur les dividendes, versés aux actionnaires, en mettant en place un taux unique à 30%. Au total, ces impôts sur le capital ont fortement baissé.

L'animal fiscal est assez simple dans son fonctionnement.

François Lenglet.
Partager la citation
À lire aussi
fiscalité
Crédit d'impôt : l'acompte est versé ce vendredi, attention au trop-perçu

L'animal fiscal est assez simple dans son fonctionnement. Quand on lui donne un coup sur la tête, il tente de l'éviter, le départ à l'étranger est une façon de le faire. Et sinon, il est d'un naturel paisible, et reste dans ses frontières.
 
Le pari d'Emmanuel Macron était que cette réforme allait augmenter la croissance et l'emploi. C'est la question-clef, mais le rapport des économistes n'y répond pas vraiment, parce qu'il est tout simplement trop tôt pour y voir clair. Le pari de Macron, c'était que la confiance revenant, on verrait les gros investisseurs miser sur la France et ses entreprises, alors qu'ils en étaient dissuadés jusqu'alors. Il n'y a pas encore de preuve scientifique de cela.

L'imposition des riches, un débat jamais clos

Les opposants à cette réforme, qui veulent taxer les riches, n'ont pas perdu la bataille. Ils sont nombreux, y compris dans l'actuelle majorité. Pour autant, cette réforme ne sera probablement pas remise en cause. C'est un acte emblématique du quinquennat, et le coût politique de son abandon, pour un Président en lice pour un second mandat, serait trop élevé. 

Mais avec la prochaine campagne présidentielle, le débat va à coup sûr resurgir. Des voix s'élèvent déjà pour demander, en cette période de crise, un nouvel impôt sur le capital, au nom de la justice sociale. En France, la taxation du riche est un sujet impossible à clore. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Fiscalité Économie Richesse
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants