1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Réforme des retraites : le gouvernement va-t-il jouer à la roulette russe ?
3 min de lecture

Réforme des retraites : le gouvernement va-t-il jouer à la roulette russe ?

ÉDITO - Une réforme des retraites précipitée risquerait de susciter un rejet massif de la part des Français.

La retraite (illustration)
La retraite (illustration)
Crédit : JOËL SAGET / AFP
Retraites : est-ce que cela vaut le coup de jouer à la roulette russe ?
03:45
Retraites : est-ce que cela vaut le coup de jouer à la roulette russe ?
03:45
François Lenglet - édité par Marie Gingault

Comme on vous l'annonçait début juin, la réforme des retraites revient. C’est un article des Échos d’hier qui confirme que les plus proches du chef de l’État envisagent une nouvelle réforme des retraites qui serait imminente. Rien à voir avec la cathédrale de 2019, qui a pris la poussière pendant l’épidémie, abandonnée. 

Il s’agirait cette fois-ci tout simplement de retarder l’âge légal, aujourd’hui à 62 ans, pour le porter à 64 ans. En commençant par la génération née en 1961, qui a soixante ans cette année, et qui verrait sa carrière prolongée de six mois. Ceux qui sont nés en 62 travailleraient encore six mois de plus, jusqu’à la classe 64, qui partirait à 64 ans. Une réforme rapportant quinze à vingt milliards d’euros par an à plein régime, ce qui permettrait de financer tout un tas d’autres dépenses, la dépendance en particulier.

 
Mais ça n’a rien à voir avec le projet antérieur, c'est un changement total. On nous avait vanté l’âge-pivot, voici le report de l’âge légal. On nous avait vanté l’égalité, et rien ne semble prévu pour les régimes spéciaux, une telle réforme concernerait seulement les salariés du secteur privé. L’autre bizarrerie, c’est que cette réforme serait à application quasi-immédiate, compte tenu des générations retenues, qui sont proches de la retraite. Jusqu’ici, toutes les réformes, en France comme ailleurs, sont décidées longtemps avant leur mise en œuvre, pour que les salariés et les entreprises puissent s’adapter.

Un pari risqué

Une telle mesure est nécessaire, mais elle a effets lourds, elle demande à être négociée pour être acceptée. Rien de cela ne sera possible vu le peu de temps qu’il reste d’ici la présidentielle. Les partenaires sociaux sont vent debout contre, patrons compris, et pas seulement le Medef. Bon nombre de chefs d’entreprise ont fait part au chef de l’État et à son entourage de leur réticence. 

À lire aussi

Avec un tel projet, ce serait le passage en force. J’ajoute que la philosophie même de la réforme est délirante : en travaillant plus, on produirait plus. Très bien. Mais on prélèverait davantage pour redistribuer davantage, avec une nouvelle extension de l’État-providence, au profit de la grande vieillesse et d’un revenu minimal pour les jeunes, alors que les comptes publics français sont en passe de devenir les plus dégradés de la zone euro. Et que notre système de redistribution est déjà le plus étendu au monde.

Les yeux rivés vers 2022

Les proches d'Emmanuel Macron considèrent que ses chances de réélection seront augmentées si les réformes reprennent dans la dernière année du mandat. Ils estiment que les Français le demandent. De plus, la remise en selle de la droite, après les régionales, nécessite qu’il tente de capter cet électorat en se déportant à droite, une réforme dure est un moyen de le faire.

Le risque est de susciter un rejet massif, une nouvelle fois. C’est-à-dire de compromettre la réforme des retraites, après avoir raté la précédente, après avoir raté également la réforme de l’assurance-chômage, ressuscitée il y a quelques semaines pour les mêmes raisons politiques. Rappelons qu’elle est à ce jour rejetée par les partenaires sociaux et bloquée par le Conseil d’État. Une telle option, ce serait tout simplement de jouer la réforme des retraites à la roulette russe. Un sujet si important pour le pays ne mérite pas une telle légèreté. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/