2 min de lecture Entreprises

Rachat de Suez par Veolia : une tempête dans un verre d'eau ?

ÉDITO - Alors qu'une bataille a lieu entre les deux géants français de l'eau, François Lenglet revient sur le business de ce liquide vital.

Francois Lenglet ok Lenglet-Co François Lenglet iTunes RSS
>
Rachat de Suez par Veolia : une tempête dans un verre d'eau ? Crédit Image : ERIC PIERMONT / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
LENGLET 245300
François Lenglet édité par Coline Daclin

L'eau déclencherait-elle des passions ? En tous cas, les deux géants français du secteur se battent sans merci. Veolia, l'un des deux grands de l'eau en France veut prendre le contrôle du numéro deux, Suez. Au contraire, Suez veut conserver son indépendance. Une bataille qui va rebondir aujourd'hui : on attend d'une minute à l'autre un communiqué de Veolia. Surenchère ou abandon, on ne sait pas.

Si l'eau intéresse autant, c'est parce qu'il y a derrière ce liquide vital des enjeux de business. Ces deux entreprises proposent leurs services aux villes, en France ou à l'étranger, pour gérer les réseaux d'approvisionnement qui arrivent jusqu'à nos robinets.

Formellement, l'eau n'est pas un bien privé. Les cours d'eau, les sources, les tuyaux, appartiennent aux collectivités locales, et les sociétés privées obtiennent une concession d'exploitation. C'est ce qu'on appelle une délégation de service public, système inventé en France sous Napoléon III, lorsque la Générale des Eaux a été créée. C'est l'ancêtre de Veolia. 

C'est un système un peu analogue à celui des concessions d'autoroutes : comme pour les autoroutes, la durée des contrats est très longue. L'entreprise privée fait les investissements de modernisation et se rémunère sur 20 ans en revendant l'eau au consommateur. 

Des reproches sur le prix de l'eau

À lire aussi
Bruno Le Maire et Olivier Véran lors du point presse du 8 octobre 2020. Coronavirus France
Confinement : jusqu'à 10.000 euros d'indemnisation pour les PME fermées

Mais la tendance n'est pas très favorable à ces entreprises. On ne leur reproche plus leur corruption, comme à une époque ancienne où leurs relations avec les élus étaient troubles, mais on leur reproche de pratiquer des tarifs trop élevés, pour faire des profits

De plus en plus de villes reprennent donc le contrôle de la distribution de l'eau sur leur territoire, et l'exploitent elles-mêmes, avec une régie municipale. Paris a fait cela sous l'impulsion de Bertrand Delanoë, l'ancien maire, en 2010, alors qu'auparavant la ville avait été partagée par les deux sociétés privées, dans une sorte de Yalta de l'eau potable. C'est Grenoble qui avait été la pionnière dans le retour de ces régies. Elle a été suivie donc par Paris, Rennes, Nice, Castres, Briançon. 

La part de la gestion publique augmente en France : elle est souvent le fait d'élus écologistes ou de gauche. En fait, la régie est majoritaire en nombre de contrats, mais pas en population desservie. Car Veolia et Suez détiennent plutôt les agglomérations, en particulier le syndicat de communes de l'Île-de-France, très gros contrat, qui arrive à échéance en 2022.

Quand on boit de l'eau, on paye des impôts

C'est vrai que le prix de l'eau a beaucoup grimpé. Il y a eu beaucoup d'investissements dans les réseaux, dans les régies et dans le privé. Le prix de l'eau en France est de l'ordre de 4 euros le mètre cube, avec peu de différence selon qu'on est en régie ou en concession privée. Un ménage typique consomme 120 mètres cubes par an. Cela représente une facture d'un peu moins de 500 euros annuelle. Ce n'est pas rien, même si nous nous situons un peu en dessous de la moyenne européenne. 

On ne le sait pas, mais dans ce prix, seulement 40% correspond à l'acheminement de l'eau. Un autre 40% s'explique par le traitement des eaux usées. Les 20% restant, ce sont des taxes. En France, même quand on boit de l'eau, on paye des impôts. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Entreprises Activité économique Eau
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants