2 min de lecture Stress

Les femmes subissent plus les effets négatifs du stress que les hommes

Les réactions face au stress ne sont pas les mêmes chez les hommes et chez les femmes. Selon une étude, elles sont plus susceptibles de développer des maladies cardiaques.

Les effets du stress ont des conséquences plus importantes pour les femmes que pour les hommes
Les effets du stress ont des conséquences plus importantes pour les femmes que pour les hommes Crédit : Logoff
Marie-Pierre Haddad
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

Attention le stress frappe différemment selon le sexe. Même si les symptômes sont très larges et différents en fonction des personnes, ce type d'anxiété touche tout le monde que ce soit dans la vie professionnelle ou dans la sphère privée. Cependant, il semblerait que les hommes et les femmes ne réagissent pas de la même façon une fois qu'ils y sont confrontés.

Selon une étude américaine, publiée dans le Journal of the American college of cardiology, les réactions cardiovasculaires lors de situations stressantes varient en fonction du sexe. L'équipe de chercheurs s'est basée sur 56 femmes et 254 hommes, pris en charge pour des problèmes au niveau du cœur.

Des risques d'infarctus plus élevés

Afin de mieux observer leurs réactions face au stress, les 310 participants ont effectué une batterie de tests allant du calcul mental à une conversation téléphonique avec un interlocuteur en colère, mais aussi à courir sur un tapis roulant. Ces exercices permettent de stimuler à la fois le rythme cardiaque, mais aussi la tension artérielle.

Conclusion : les femmes présentent un risque plus important de développer une ischémie myocardique, c'est-à-dire un infarctus du myocarde "silencieux". En effet, la personne atteinte ne s'en rend pas compte. Et la liste des effets nocifs du stress sur les femmes ne s'arrête pas là. 57% d'entre elles peuvent aussi souffrir d'un manque d'oxygène dans le myocarde, le muscle du cœur. Les hommes ne sont touchés qu'à 41%, note les chercheurs. Le stress a également une incidence sur la formation de caillots de sang, chez les femmes qui sont aussi plus enclines à subir des émotions négatives liées au stress, que les hommes.

Une étude à approfondir sur le long-terme

À lire aussi
Lors des matches qu'ils suivent en direct, le taux de cortisol explose chez les supporters santé
Michel Cymes s'intéresse au stress, mal répandu chez les supporteurs de foot

À noter que l'étude scientifique a été réalisée sur des patients âgés de 63 ans. Même si les caractéristiques de base étaient similaires, le nombre de femmes non-blanches était plus élevé que chez les hommes.

Vivants seules, elles ont un niveau d'anxiété un peu plus élevé que chez les hommes et certaines avaient des antécédents de dépression, précisent les scientifiques. Dans un communiqué de presse, les responsables de l'étude ajoutent que d'autres tests doivent être faits afin d'analyser les effets du stress sur le long terme.

Services
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Stress Forme Santé
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants