2 min de lecture L'UFC - Que Choisir

L'UFC-Que Choisir alerte les consommateurs sur le danger des mini crédits

INVITÉ RTL - Le président de l'UFC-Que Choisir Alain Bazot revient sur la plainte déposée contre trois sociétés de mini crédits pour "pratiques commerciales trompeuses", et alerte les consommateurs.

Christelle Rebiere RTL Midi Christelle Rebière iTunes RSS
>
Mini crédits : le taux d'intérêt "n'est clairement pas mis en avant", dénonce l'UFC-Que Choisir Crédit Image : AFP / Archives, Jacques Demarthon | Crédit Média : Christelle Rebière | Durée : | Date : La page de l'émission
RTL Midi -  Christelle Rebière
Christelle Rebière édité par Marie Gingault

Vous connaissez sans doute les minis crédits, ces prêts instantanés sur des petites sommes : jusqu'à 1.000 euros que l'on peut emprunter sur moins de trois mois. On en trouve beaucoup sur internet, mais avec des taux d'intérêt délirants qui peuvent aller de 128% à 2.234%. Invité sur RTL ce jeudi, Alain Bazot, le président de l'UFC-Que Choisir porte plainte contre trois sociétés de mini crédits pour "pratiques commerciales trompeuses". 

"On a constaté que le marketing de ces opérateurs masque la réalité de leurs offres", explique Alain Bazot. En effet, le taux d'intérêt "n'est clairement pas mis en avant. On dit par exemple 'pour préserver sa santé financière' (...) en réalité les gens qui ont recours à ces crédits sont dans un état de nécessité et d'urgence d'avoir quelques centaines d'euros", souligne le président de l'UFC-Que Choisir. 

En réalité, ce sont souvent des gens qui utilisent ces prêts pour payer leurs frais d'incident bancaire, et qui se retrouve dans la spirale de la dette. Environ 200.000 personnes sont concernées par ce phénomène, d'après les professionnels. "Il y a aussi des gens qui ont des très petits revenus", et qui se retrouvent d'un seul coup à faire face à une difficulté, telle qu'une voiture en panne, une grosse facture ou un coup dur. 

Le combat de fond il est dans la nécessité d'encadrer ces crédits

Alain Bizot - Président de l'UFC-Que Choisir
Partager la citation

Alain Bazot met en garde les consommateurs et conseille "avant d'aller voir ce genre de crédit, de voir avec sa banque. C'est la première des préconisations", insiste-t-il. "Ces crédits-là échappent à la loi sur le crédit, parce que ce sont des tout petits crédits, c'est pour ça qu'il y a des taux usuraires", avertit-il. 

À lire aussi
Vienne
Vienne : plaintes déposées après la découverte de tags antisémites dans un collège

Ce que l'UFC-Que Choisir demande aux Pouvoirs publics aujourd'hui, c'est de "considérer que ce sont des crédits comme les autres et donc avec un droit à l'information, sur combien ça coute, qui est masqué, et surtout des taux qui sont encadrés par le taux d'usure", plaide-Alain Bazot. "Le combat de fond il est dans la nécessité d'encadrer ces crédits", martèle-t-il. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
L'UFC - Que Choisir Consommateur Consommation
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants