2 min de lecture Entreprises

L’Escalator : Maurice Lévy lance un incubateur pour "les jeunes qui veulent vivre leurs rêves"

INVITÉ RTL - Maurice Lévy lancera, mardi 24 novembre, L’Escalator, un incubateur qui vise à favoriser l’ascenseur social. Ce dispositif totalement gratuit encadre des jeunes qui veulent lancer leur start-up.

Thomas Sotto L'Entretien du Jour Thomas Sotto iTunes RSS
>
L'Escalator : Maurice Lévy lance un incubateur pour "les jeunes qui veulent vivre leurs rêves" Crédit Image : Bertrand GUAY / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
RTL Soir On Refait le monde - Sotto
Thomas Sotto édité par Florise Vaubien

Maurice Lévy a dirigé le groupe Publicis pendant 30 ans jusqu’en 2017. "Le Napoléon de la publicité", toujours président du conseil de surveillance du groupe, lance, mardi 24 novembre, L’Escalator, un incubateur qui vise à booster l’ascenseur social

"C’est un incubateur qui va incuber des start-up, des petites entreprises qui pourraient devenir plus grandes. Ce dispositif est spécialisé pour les gens qui n’ont ni accès à des contacts ou à des banques, ni les moyens pour commencer", explique-t-il sur RTL. 

Cet outil est dédié à des personnes sans argent et sans réseau et qui ont un projet "solvable". "Généralement, les candidats viennent des banlieues, précise le publicitaire, je souhaitais créer un dispositif pour les jeunes qui veulent vivre leurs rêves", et aujourd’hui, "le rêve, c’est la start-up". 

"Entre 15 et 20 start-up par an"

Pour obtenir de l’aide, les candidats doivent déposer un dossier sur le site de L’Escalator qui sera ensuite examiné par un jury, formé de cadres et de partenaires. "Il y a deux cas de figurent".  Les candidats sélectionnés "qui sont déjà avancés sur leurs projets" seront encadrés pendant un an. Pour ceux "qui ne sont pas en mesure de réaliser le début du projet", le jury se donnera trois mois pour "voir si l’idée est solvable". 

À lire aussi
Des marques au sol pour faire respecter la distanciation physique. (Illustration) entreprises
Coronavirus : un collier pour respecter les distances entre collègues fait polémique

L’Escalator concerne "entre 15 et 20 start-up par an", soit "60 à 80 personnes" : tout le dispositif est "gratuit", rappelle Maurice Lévy. "On prend une participation pour que les candidats n’aient pas le sentiment qu’on leur fait la charité", précise-t-il. 

Au travers de ce projet, le publicitaire entend rétablir un certain équilibre pour les plus précaires en France. "Je me sens redevable : je trouve que la France, Publicis et ma carrière m’ont énormément apporté, et j’ai envie d’aider" une communauté. "Si ces jeunes ont le sentiment qu’ils peuvent réaliser leurs rêves, c’est formidable", se réjouit-il.

Nous sommes parmi ceux qui sont le moins affectés

Maurice Lévy, président du conseil de surveillance de Publicis Groupe, le 23 novembre sur RTL.
Partager la citation

En ce qui concerne les mesures du confinement, Maurice Lévy estime qu’"il ne faut pas que l’on devienne 'une zoom compagnie' pour ne pas devenir 'une zombie compagnie'", pointant du doigt les conséquences du télétravail et la perte du lien social. 

Maurice Lévy rapporte également que si 2020 a été une année noire pour bon nombre d’entreprises, Publicis a fait la meilleure performance en termes de marges cette année. "Nous sommes parmi ceux qui sont le moins affectés. Pour l'instant, il n’est pas question de supprimer des postes", a-t-il assuré. 

Un publicitaire ne peut pas dicter une ligne éditoriale

Maurice Lévy, président du conseil de surveillance de Publicis Groupe, le 23 novembre sur RTL.
Partager la citation

Le président du conseil de surveillance de Publicis Groupe a par ailleurs réagi au retrait des pubs Décathlon sur la chaîne CNEWS. Il considère que "dès lors que la publicité se mêle à une ligne éditoriale, ça devient embarrassant". "Tout annonceur est libre, mais en aucun cas, il ne peut dicter une ligne éditoriale par son investissement publicitaire", juge-t-il

Enfin, Maurice Lévy a salué Arthur Sadoun, nouveau PDG du groupe Publicis. "Il a un esprit vif et c’est le meilleur publicitaire du moment, car il comprend merveilleusement ce nouveau monde" d’alchimie entre "la technologie, la data, la création et les médias", estime "Le Napoléon de la pub". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Entreprises Aide Économie
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants