1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. INFO RTL - Fraudes : la DGCCRF a contrôlé 183 fournisseurs en six semaines
2 min de lecture

INFO RTL - Fraudes : la DGCCRF a contrôlé 183 fournisseurs en six semaines

Info RTL La Direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes a déjà contrôlé 183 fournisseurs depuis janvier, soit la moitié du nombre total de contrôles effectués en 2020.

Des membres de la DGCCRF qui contrôlent des laits pour bébé en 2018 (illustration).
Des membres de la DGCCRF qui contrôlent des laits pour bébé en 2018 (illustration).
Crédit : GUILLAUME SOUVANT / AFP
INFO RTL - Fraudes : la DGCCRF a déjà contrôlé 183 fournisseurs en six semaines
01:36
Christophe Ponzio - édité par Marie Gingault

Des négociations tendues entre la grande distribution et l'industrie agro-alimentaire. À cause d'une équation toujours aussi impossible entre les cours des matières premières qui flambent et la grande distribution qui tire sur les prix pour attirer les consommateurs au pouvoir d'achat, impacté par la crise sanitaire, les industriels et les agriculteurs ont du mal à vivre. 

Le gouvernement va tenter d'apaiser les choses ce mercredi 17 février. En attendant, et c'est une information RTL, Bercy multiplie les contrôles auprès des fournisseurs pour traquer les abus. La DGCCRF (Direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes) a déjà contrôlé 183 fournisseurs en six semaines, soit la moitié du nombre total de contrôles effectués sur l'ensemble de l'année dernière. Cela témoigne d'un "rythme soutenu" et de "l'intensification des contrôles", selon Bercy. 

Ainsi, les enquêteurs traquent les pratiques abusives de ce qui est appelé "les pénalités logistiques". Concrètement, cela peut être une amende infligée par une enseigne à un fournisseur qui lui livre ses produits. Première amende si le camion arrive en retard, même d'une minute. Deuxième amende, s'il manque un produit dans la livraison, même sur plusieurs milliers. Troisième amende si la facture n'est pas au bon format, et ainsi de suite. 

Des prix considérés comme abusivement bas concernant la viande de porc

Un industriel victime de ces abus confie que des distributeurs lui déduisent d'office ces montants de ses factures. Ce qui est totalement interdit car c'est un moyen de récupérer de l'argent de manière disproportionnée.

À lire aussi

Autres pratique scrutée de près par la répression des fraudes : le bon respect de l'encadrement des promotions. Impossible d'aller au-delà de 34% de rabais sur les produits. Enfin dernier point de vigilance concernant la vente de viande de porc. La DGCCRF reçoit en ce moment plusieurs signalements de prix considérés comme abusivement bas.

Cela passe par des déplacements en magasin pour s'assurer que l'interdiction de revente à perte est bien respectée, et cela en plus des 183 contrôles effectués auprès des fournisseurs de la grande distribution depuis janvier.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/