1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Impôts : la France est-elle la "championne du monde" des prélèvements ?
2 min de lecture

Impôts : la France est-elle la "championne du monde" des prélèvements ?

PODCAST - François Lenglet se penche chaque semaine sur les mutations et les évolutions qui bousculent notre société. Dans cet épisode, il s'intéresse à une affirmation largement reprise : la France serait le pays où l'on paie le plus d'impôts. Vrai ou faux ?

Une femme réglant ses impôts sur le revenu (illustration)
Une femme réglant ses impôts sur le revenu (illustration)
Crédit : PHILIPPE HUGUEN / AFP
Saison 3 - 4. La France est-elle la "championne du monde des impôts" ?
12:35
François Lenglet - édité par Sylvain Zimmermann

"La France est championne du monde des impôts" : la formule est de Valérie Pécresse, candidate de droite à l’élection présidentielle, mais elle est largement reprise… Et cette affirmation ne date pas d'hier. Est-ce la vérité ? Factuellement, quasiment.

Dans le dernier classement international fiable (avant Covid) de l'OCDE datant de 2019, le Danemark avait un taux de prélèvements atteignant 46,3% du PIB, la France 45%. On se dispute la première place. Si on se réfère aux données de l'Insee pour 2021, on serait à 43,5% du PIB pour la France. On est en fait proche d'un double record, mondial et historique. On atteint des niveaux sans précédant.

En 2017, la première année du quinquennat Macron, on était à plus de 45% du PIB, donc il y a eu une petite baisse, qui a été largement financée par les déficits et pas du tout par la baisse des dépenses. C'est donc une baisse en trompe-l'œil.

Augmentation des prélèvements sociaux

On a le souvenir de 1981 : François Mitterrand est élu, il augmente fortement les impôts. Pourtant le taux de prélèvements était moins élevé à l'époque. Mais Mitterrand avait augmenté l’impôt sur le revenu, et créé l'impôt sur les grandes fortunes, ancêtre de l’ISF, devenu depuis l'Impôt sur la fortune immobilière. Forte charge symbolique.

À lire aussi

Mitterrand avait également augmenté le taux marginal, c'est à dire le taux qui frappe le plus fortement les ménages en le passant à 65%, contre 49% aujourd’hui, avec la surtaxe. Depuis, les charges sociales ont augmenté, et on a créé l’autre impôt sur le revenu, la CSG, qui pèse plus en revenus que le premier.

Donc l'augmentation des prélèvements depuis cinquante ans est d’abord causée par l’augmentation des prélèvements sociaux. C'est spectaculaire. Et c'est lié à deux phénomènes. L’extension de la couverture sociale, tout d’abord, qu’il a fallu financée, jusqu’à l’AMI, 100% pour les clandestins, 1,6 milliards d'euros. Et la forte hausse des dépenses de santé, elle-même étant causée par l’envolée des coûts, l’allongement de la durée de la vie et le vieillissement.

La partie des impôts proprement liée au fonctionnement de l’administration a augmenté moins vite. Car les prélèvements de l'État n'ont que peu augmenté. En revanche, ceux des collectivités locales, TH et TF, ont explosé.

Abonnez-vous à ce podcast

>> Hors-série Lenglet-Co : crise du coronavirus, un podcast hebdomadaire présenté par François Lenglet, qui vous donne les clés pour tout comprendre des évolutions et des mutations économiques, en Europe et dans le monde. Le journaliste en profite aussi pour tordre le cou à de nombreuses idées reçues sur l'économie.

Si vous souhaitez poser des questions à François Lenglet, écrivez à temoins@rtl.fr.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/