1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Gouvernement et syndicats se sont "endormis fâchés et se réveillent en crise", selon You
3 min de lecture

Gouvernement et syndicats se sont "endormis fâchés et se réveillent en crise", selon You

Une réunion entre le gouvernement et les partenaires sociaux a lieu afin de trouver des solutions pour préserver l'emploi.

Le président français Emmanuel Macron et le Premier ministre français Edouard Philippe
Le président français Emmanuel Macron et le Premier ministre français Edouard Philippe
Crédit : CHARLES PLATIAU / POOL / AFP
Gouvernement et syndicats se sont "endormis fâchés et se réveillent en crise", selon You
00:03:11
Gouvernement et syndicats se sont "endormis fâchés et se réveillent en crise", selon You
00:03:11
Martial You - édité par William Vuillez

Emmanuel Macron et Édouard Philippe reçoivent les partenaires sociaux ce jeudi après-midi, mais où en sont les relations entre l'exécutif et les syndicats ? "On a un problème", répondait ce mercredi le leader d'un syndicat de salariés. "Le gouvernement est toujours en marche mais on ne sait pas vers quoi", répondait celui d'un syndicat de chefs d'entreprises.

Cela semble loin mais nous sommes entrés en confinement alors que tout n'était pas totalement réglé sur la réforme des retraites. En gros, le couple exécutif/partenaires sociaux s'est endormi fâchés et se réveille en crise sans avoir réglé ses problèmes de dialogue dans le couple. Les vieilles rancunes sont en train de resurgir alors qu'on affronte un accident social sans précédent.
 
Pourtant, il y a eu deux réunions par semaine en visio-conférence entre les leaders syndicaux et Muriel Pénicaud pendant le confinement, mais sans réelle concertation.
Il y a eu de nombreuses mesures d'urgences (ordonnances, décret, dérogations au code du travail...) qui ont été prises pendant le confinement par le gouvernement. On a laissé la possibilité de modifier le temps de travail, les repos hebdomadaires, l'intéressement. Ces mesures étaient certainement nécessaires car l'urgence économique pour éviter les faillites, prend le pas sur les négociations sociales en ce moment. Comme à chaque crise économique.

Pas de discussion préalable

Le problème, c'est que les décisions ont souvent été prises par le gouvernement sans discussion préalable avec les partenaires sociaux. Plusieurs leaders ont indiqué qu'ils étaient informés pendant les visio-conférences de telle ou telle mesure qui n'avait jamais été demandée par personne.
 

Disons que le gouvernement est face à une situation d'urgence et, face à ça, il faut agir vite, frapper fort et la concertation avec les partenaires sociaux prend sans doute trop de temps aux yeux de l’Élysée notamment. Mais on voit bien aussi que la Covid-19 et l’État d'urgence sanitaire servent d'accélérateur de particules Macron dans le Code du Travail.
On encourage les Accords de Performances Collectives qui permettent de passer outre le contrat de travail en cas d'accord au sein de l'entreprise, c'est une ordonnance Macron de 2017 qui n'a pas fonctionné jusqu'ici mais qui risque d'être utile au moment où les entreprises vont avoir besoin de flexibilité.

La CFDT et l'UNSA avancent leurs pions

À écouter aussi

Les syndicats réformistes comme la CFDT ou l'UNSA sont sans doute les plus intéressants à regarder. Ils ont choisi le dialogue pour essayer de faire passer certaines de leurs idées alors qu'en cas d'urgence sociale où vous devez éviter des licenciements en masse, on sait que la grève ou les négociations collectives à rallonge ne fonctionnent plus. Donc, ils avancent leurs pions : notamment retarder la mise en place des nouveaux critères d'indemnisation chômage.
Mais si on lit la CFDT entre les lignes, ils ont fait une série de propositions mercredi et le syndicat écrit qu'il faut "une grande mobilisation pour +travailler tous et travailler mieux+". "Ces mesures ne peuvent être le résultat d'une réflexion d'un petit groupe d'initiés".
On sent bien que le dialogue et la concertation ne sont pas encore une évidence.
 
En tout cas, ce jeudi après-midi, il y a une urgence sur laquelle tout le monde sera d'accord : ce sont les jeunes. 800.000 jeunes vont arriver sur le marché du travail en septembre, 200.000 sans qualification. C'est cette "génération Covid", dont on vous parlait la semaine dernière. Ceux-là vont arriver dans un marché du travail totalement bloqué. Les partenaires sociaux demandent tous une aide pour les entreprises qui embaucheront les 18/30 ans, notamment un coup de pouce pour les apprentis qui vont avoir du mal à trouver des maîtres de stage quand les chefs d'entreprise auront la tête occupée à sauver leurs boites.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/