1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Gaspillage alimentaire : faut-il supprimer les dates limite de consommation ?
2 min de lecture

Gaspillage alimentaire : faut-il supprimer les dates limite de consommation ?

À l'occasion de la journée nationale de lutte contre le gaspillage alimentaire, une pétition a été lancée pour clarifier les dates de péremption sur les étiquettes.

Des yaourts dans un supermarché (illustration)
Des yaourts dans un supermarché (illustration)
Crédit : CHARLY TRIBALLEAU / AFP
Gaspillage alimentaire : faut-il supprimer les dates limite de consommation ?
01:58
Gaspillage alimentaire :
01:58
Virginie Garin & Camille Kaelblen

10 millions de tonnes : voilà la quantité de nourriture que l'on jette chaque année en France. Toutes les semaines, chacun d'entre nous met à la poubelle l'équivalent d'un repas.
À l'occasion de la journée nationale de lutte contre le gaspillage alimentaire qui a lieu ce mardi 16 octobre, une pétition intitulée #ChangeTaDate et lancée par la start up To Good To Go ("trop bon pour être jeté") demande à ce que les mentions "à consommer jusqu'au..." soient modifiées.

Tous les ans, nous jetons en effet 7 kilos de produits emballés, selon les derniers chiffres de l'Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Énergie (ADEME). Et les dates de péremption y sont pour beaucoup.

Pour le consommateur, ces dates ne veulent pas dire grand-chose. Ce sont les fabricants eux-mêmes qui les fixent, et elles sont souvent bien trop courtes. Il y a quelques années, un médecin guadeloupéen avait soulevé le lièvre : il avait remarqué que pour exactement le même yaourt, la date limite était en métropole de 30 jours, et de 50 jours aux Antilles... Or, il n'y a jamais eu plus d'intoxication aux Antilles.

Du "marketing" pour nous inciter à acheter

Ces dates sont souvent du marketing pour nous inciter à racheter. Par exemple, un yaourt peut être mangé trois semaines après la date limite. Pour savoir s'il est encore bon, ce n'est pas compliqué : il suffit d'ouvrir le produit et de le sentir.

À lire aussi

Il y a cependant deux produits où elles sont obligatoires et contrôlées : le lait cru, à consommer trois jours pas plus après la traite, et les œufs, dont la consommation ne doit pas dépasser 28 jours après la ponte.

Quant à la mention "à consommer de préférence avant", que veut-elle dire ? Cela signifie que l'industriel estime qu'au-delà de cette date, le goût va être un plus fade, que les qualités nutritionnelles seront un peu moins bonnes. Mais cela ne signifie pas que le produit sera dangereux.

De nouvelles mentions plus précises

Ainsi, les pâtes ou le riz peuvent être mangés des mois voire des années après la date recommandée. C'est la raison pour laquelle la pétition lancée par To Good To Go veut pousser les industriels à changer leurs mentions en "à consommer de préférence jusqu'à, mais ensuite c'est encore bon".

Car le problème de ces dates, c'est qu'elles font peur aux consommateurs, qui jettent dès qu'elles sont dépassées. Résultat : la mauvaise compréhension des dates de péremption serait responsable de 20% du gaspillage alimentaire, selon une étude publiée en 2011 par la Commission européenne. En France, cela représente 2 millions de tonnes de produits gaspillés juste à cause des dates.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/