1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Erreur médicale : victime d'un infarctus, il devient inapte au travail et n'est pas indemnisé
3 min de lecture

Erreur médicale : victime d'un infarctus, il devient inapte au travail et n'est pas indemnisé

Sébastien se bat depuis quatre ans pour être indemnisé à la hauteur de ce qu’il vit depuis qu’il a subi une erreur médicale qui a provoqué un infarctus et qui l’a rendu inapte au travail...

Julien Courbet
Julien Courbet
Crédit : RTL
Une erreur médicale le rend inapte au travail, il n'est jamais indemnisé
01:53:57
Julien Courbet - édité par Thibaud Chaboche

Sébastien se bat depuis plus de 4 ans pour être indemnisé suite à une erreur médicale. En janvier 2017, sa vie bascule. À ce moment-là, Sébastien a 43 ans et est préparateur en cosmétique, marié, 5 enfants. Le 17 janvier 2017, à plusieurs reprises au cours de la soirée et de la nuit, il est pris de terribles douleurs dans la mâchoire, la poitrine et le bras.

Sa femme appelle le SAMU qui la dirige vers les urgences. Ils passent la nuit sur place, aucun médecin n'ausculte Sébastien, mais des infirmières posent leur diagnostic : une artère de son cœur semble être obstruée, mais il n’y a pas de risque d’infarctus. On décide alors de le renvoyer chez lui.

Une heure après leur retour à domicile, Sébastien ressent de nouveau des douleurs, mais elles sont beaucoup plus intenses que les précédentes. Il ne le sait pas encore, mais il est en train de faire une crise cardiaque. Après appel des secours, il est héliporté vers l’hôpital (un établissement différent de celui où il était la veille, aux urgences). Sébastien réussit à s'en sortir grâce à une prise en charge rapide et efficace malgré 4 arrêts cardiaques. 

L'expertise reconnaît une erreur médicale

S’en suit alors une hospitalisation de 6 jours et un séjour en centre de rééducation de plusieurs semaines. L’été suivant, nouveau problème cardiaque : Sébastien est hospitalisé sur son lieu de vacances. En parallèle, il effectue plusieurs démarches pour être expertisé afin de savoir ce qu’il s’est vraiment passé lors de sa prise en charge aux urgences. 

Ses efforts aboutissent puisque le rapport de cette expertise ne laisse aucune place au doute : il a bien été victime d’une erreur médicale, une erreur de diagnostic. Selon cette expertise, le diagnostic des urgences "ne trouve aucune logique". "La prise en charge" par le service des urgences "demeure non conforme et a occasionné une perte de chance d’éviter un authentique infarctus évolutif, ce qui a malheureusement été le cas". 

En réalité, les urgences n’auraient jamais dû renvoyer Sébastien chez lui ! Comme il est de coutume dans ce domaine, une seconde expertise se déroule un an plus tard, après "consolidation", c’est-à-dire, à partir du moment où l’on peut faire un "état des lieux" de sa santé et des éventuelles séquelles. 

Sébastien est déclaré inapte au travail

Entre temps, l’assurance de l’hôpital lui propose une indemnisation à hauteur de 10.078 euros pour la perte de salaire et le temps passé à l’hôpital. Sur les conseils de son avocat, Sébastien la refuse puisqu'il attend la deuxième expertise "de consolidation", afin de pouvoir identifier réellement les préjudices, un an après l'infarctus. 

La deuxième expertise arrive, les conclusions sont identiques à la première. Un délai de deux mois est laissé à l’hôpital et à son assurance pour faire à Sébastien une proposition d’indemnisation. Depuis, aucune nouvelle ! Son avocat saisi le tribunal administratif en mars 2020, et ce n’est que 4 mois plus tard que l’assurance de l’hôpital prend un avocat. 

Le dossier traîne depuis tout ce temps : pas de réponse de l’hôpital, de son assurance ou de son avocat. Pas de date d’audience en vue non plus puisque l’avocat de la partie adverse ne donne pas de nouvelle. Depuis cette erreur de diagnostic, sa vie a été bouleversée : il a été reconnu inapte au travail, aucun reclassement dans son entreprise n’a pu être envisagé, ses nuits sont agitées et il fait régulièrement des épisodes où son cœur s’emballe. 

Sébastien a subi une intervention au cœur, il a perdu 15 kg. Tous ses projets sont à l'arrêt. Il compte sur l'aide de Julien Courbet pour que l’assurance sorte de son silence, qu'elle lui fasse une proposition d’indemnisation ou qu’elle réponde à son avocat afin que le tribunal puisse fixer une date d’audience...

À écouter aussi

Du lundi au vendredi, de 9h30 à 12h30, Julien Courbet fait respecter les droits de ceux qui sont en difficulté. Laissez votre message sur rtl.fr, au 3210 ou sur la page Facebook de l'émission. Si vous nous écrivez, n'envoyez jamais vos originaux !

L'équipe de l'émission vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/