3 min de lecture Économie

Emploi : le coût du travail des jeunes réduit, mais comment ?

DÉCRYPTAGE - Jean Castex a annoncé que le coût du travail d'un jeune devrait baisser de 4.000 euros à la rentrée, sans préciser s'il s'agira d'une prime ou d'un allègement des charges.

Micro générique Switch 245x300 L'Angle Éco
>
Emploi : le coût du travail des jeunes réduit, mais comment ? Crédit Image : CHARLY TRIBALLEAU / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
L'Eco and You - Martial You
Martial You édité par Maeliss Innocenti

Jean Castex a fixé un objectif pour la rentrée : éviter le chômage des jeunes en baissant le coût du travail pour les moins de 25 ans. C'est la priorité absolue affichée par le chef de l'État et par le Premier Ministre.

On a une vague de 700.000 jeunes qui va arriver sur le marché du travail en septembre. Parmi eux, 200.000 sont peu ou pas diplômés et tout ça sur un marché du travail à l'arrêt... Il faut éviter que ces jeunes ne basculent directement dans les statistiques de Pôle Emploi.

Rappelons qu'avant la crise on avait encore 19% des moins de 25 ans qui étaient au chômage, alors que la moyenne globale était juste en-dessous de 8% pour la population.

Jean Castex a fixé les bases et l'esprit du dispositif : une baisse de 4.000 euros sur le coût du salaire d'un jeune. Ça concernera les moins de 25 ans, mais uniquement ceux qui signent un nouveau contrat (un CDI ou un CDD d'au moins 6 mois). Ce sera valable pendant un an.

Une baisse de 20% du coût du travail

À lire aussi
Valéry Giscard d'Estaing au Parlement européen pour les 10 ans de l'euro, le 13 janvier 2009, à Strasbourg (archives). Valéry Giscard d'Estaing
Mort de Giscard d'Estaing : quel bilan sur le plan économique ?

Ces 4.000 euros, ça va représenter une baisse de 20% du coût du travail sur le salaire d'un jeune. Il s'agit donc d'une baisse des cotisations. C'est une aide en direction des entreprises. Si on ajoute ce qu'a dit Emmanuel Macron la veille, on se dit que ça concernera les salaires jusqu'à 2.460 euros brut.

Mais est-ce que ce sera une exonération de cotisations ou une prime ? C'est là que ça devient plus flou… Pour être honnête, les modalités vont être discutées demain (vendredi 17 juillet) à Matignon entre Jean Castex et les partenaires sociaux lors de la grande réunion qui est organisée.

Quand on écoutait Emmanuel Macron, on comprenait qu'on s'orientait plutôt vers une baisse des cotisations sur les salaires. Quand on écoute Jean Castex, on comprend que ça va plutôt être un système de prime.

Et pour vous faire entrer dans les coulisses des discussions, le ministère du Travail, Bercy et Matignon sont plutôt favorables à la prime depuis des mois (y compris sous Édouard Philippe) mais pas l'Élysée.

Attention au piège de la niche fiscale

Mais ça change quoi une prime ou un allègement de cotisations ? Pour le jeune : rien du tout. Pour le gouvernement, il y a un risque politique si on choisit l'allègement ou plus précisément de crédit de cotisation. Le piège : c'est celui de la niche fiscale.

Un allègement de cotisation doit être voté par les députés dans le cadre d'une loi. Sa suppression aussi. Et le jour où le gouvernement va vouloir remonter le coût du travail des jeunes, tous les syndicats patronaux vont dire qu'on sacrifie la jeunesse. Si ce débat a lieu en pleine campagne présidentielle, ça va devenir difficile. Une prime, c'est beaucoup plus simple à créer et à débrancher.

Un système est-il plus efficace que l'autre ? C'est un débat qui est presque philosophique. Les cotisations que l'on paie sur les salaires et que versent les entreprises, ce ne sont pas des flots d'argent qui se déversent dans le fleuve du déficit public. Ça finance notre modèle social à la française, notre couverture maladie, notre système d'allocation chômage… Quand on les supprime ou qu'on les diminue, on fragilise notre modèle de protection sociale.

Qu'en pensent les entreprises ?

Supprimer les cotisations au moment où on affronte une crise majeure, ça pose un problème, c'est pour ça que la plupart des syndicats sont contre. Les chefs d'entreprises, eux, s'en moquent un peu.

Il y a quand même des enseignements à tirer dans les années Hollande dans le choix d'alléger le coût du travail -c'est d'ailleurs pour ça que Macron préfère les allégements de charge- c'est le syndrome CICE. Le crédit créé lors du précédent quinquennat. Le message n'est pas compris de la même manière par les employeurs.

On a constaté qu'une prime ou un crédit d'impôts c'est perçu comme une mesure de trésorerie. Ça améliore la marge de l'entreprise. Mais ça ne crée pas forcément d'emplois. Alors que l'allègement de charges, c'est perçu comme un signal de baisse réelle du coût du travail. Ça crée des embauches. À 600 jours de la fin du quinquennat, il va donc falloir choisir entre le risque politique et le risque social.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Économie Chômage Jeunesse
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants