1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Déconfinement : "Il y a des signes de redémarrage économique", estime Martial You
3 min de lecture

Déconfinement : "Il y a des signes de redémarrage économique", estime Martial You

L'activité économique semble repartir sur un rythme satisfaisant après trois mois de mesures sanitaires, et alors que les restaurants et bars rouvrent ce lundi 15 juin.

Le ministère de l'Économie et des Finances, communément appelé "Bercy"
Le ministère de l'Économie et des Finances, communément appelé "Bercy"
Crédit : ERIC PIERMONT / AFP
Déconfinement : "Il y a des signes de redémarrage économique", estime Martial You
03:02
Déconfinement : "Il y a des signes de redémarrage économique"
03:02
Martial You - édité par Ryad Ouslimani

C'est fait ! La France est verte et les restaurants peuvent rouvrir partout. C'est un soulagement pour tous les professionnels. Depuis le début du confinement, on parle d'un risque de faillite de 30% des établissements en France. 60.000 cafés ou restaurants, ce qui est énorme et ce qui pose un problème pour le maillage territorial.
 
À partir de ce midi lundi 15 juin, on ne pourra pas totalement retrouver nos habitudes d'avant. "On ne va pas retrouver totalement la France", pour reprendre la formule d'Emmanuel Macron dimanche soir. Car on conserve les mesures sanitaires. Donc on se promène à l'intérieur avec un masque, on éloigne les tables d'un mètre et on interdit la consommation au comptoir. Ce qui est très pénalisant pour les restaurateurs
 
Et ce sera sans doute leur prochain combat. Ils estiment que ces mesures condamnent la moitié des tables en intérieur. La consommation au comptoir devrait assez vite être autorisée car elle n'est déjà pas respectée. Maintenant, la rentabilité des établissements reste toujours fragile car les cafés-restaurants n'assurent que 50% du chiffre d'affaires au mieux avec ces mesures.

Il était temps d'ouvrir en Île-de-France

Mais de nombreuses villes (à commencer par Paris) ont élargi les autorisations d'implanter les terrasses sur les trottoirs et sur les places de parking. Il faut que c'est un mois important pour les cafés-restaurants parisiens, surtout en Île-de-France. D'autant que l'essentiel de ces établissements fonctionnent le midi avec les déjeuners professionnels.

On est même lancé dans un contre-la-montre car les mois de juillet et août risquent d'être très calmes comme tous les ans, quand les Parisiens partent en vacances. L'Île-de-France qui déconfine ses bars et restaurants, c'est aussi la première région qui reprend. On compte 30 cafés pour 100.000 habitants.
 
Et les Français ont envie de retourner au restaurant. C'est notre "art de vivre" a dit Emmanuel Macron hier soir. Ça va même être un excellent baromètre de notre appétit de consommation.

La reprise est là

Encore une fois, la fenêtre de tir peut être courte si on a une série de plans sociaux à la rentrée qui vont doucher l'enthousiasme des Français. La rentrée s'accompagne aussi d'une petite baisse de moral en général. Donc l'économie a besoin de prendre son élan maintenant en retravaillant, en se relançant pour prendre un peu d'élan avant la côte qui nous attend en septembre.
 
Pour le moment, la reprise est là. Dimanche, Geoffroy Roux de Bézieux dans Le Grand Jury a parlé du verre à moitié plein. Il a le sentiment que l'activité repart assez fortement : "Je n'emploierais pas les mots d'écroulement", a-t-il dit.

À lire aussi

Et c'est vrai : l'activité en France tournait à 75% de ses capacités ces derniers jours alors que le tourisme et la restauration n'avaient pas encore repris. Ça n'est pas si mal ! Les ventes de voitures neuves sont à un niveau normal depuis le début du mois. Les chantiers repartent. Il y a des signes de redémarrage !
 
Alors si les gouvernants annoncent une catastrophe économique, c'est pour dire qu'elle arrivera peut-être. Il y aura certainement des réductions d'effectifs. Une activité économique qui s'arrête dans le monde entier pendant 3 mois n'est pas sans conséquence. Mais on verra quelle est la résilience de cette économie justement.

En attendant, les gouvernants annoncent le pire : s'il se produit, ils nous auront prévenu. Si c'est mieux que prévu, ce sera grâce à leurs décisions. Ça ressemble à un discours de vérité, c'est en fait un calcul politique pour ne pas régler la note en 2022.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/