1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Coronavirus : où en-est le plan de relance de l'Union européenne ?
2 min de lecture

Coronavirus : où en-est le plan de relance de l'Union européenne ?

La France doit présenter son plan de relance national mardi soir 27 avril, alors que les 27 pays de l'UE ont jusqu'à la fin de la semaine pour envoyer le leur à Bruxelles.

Photo d’un drapeau de l’Union européenne prise le 25 décembre 2020 devant le siège de la Commission européenne à Bruxelles.
Photo d’un drapeau de l’Union européenne prise le 25 décembre 2020 devant le siège de la Commission européenne à Bruxelles.
Crédit : FRANÇOIS WALSCHAERTS / AFP
Coronavirus : où en-est le plan de relance de l'Union européenne ?
03:00
Bénédicte Tassart

Les 27 pays de l'Union européenne ont jusqu'à la fin de la semaine pour envoyer à Bruxelles les détails de leurs plans de relance, passage obligé s'ils veulent toucher leur part de l'enveloppe de 750 milliards d'euros promise face à la pandémie. La France doit d'ailleurs présenter son projet national mardi soir.

Normalement, 13% des subventions devraient être versées en juillet prochain. Le calendrier est le suivant : les États envoient leurs dossiers de demande de prêts et de subventions d'ici vendredi 30 avril. À Bruxelles, une équipe d'une centaine d'experts se donne deux mois donc jusqu'à fin juin pour éplucher tout ça, puis elle transmet le dossier au Conseil européen, donc aux 27 chefs d'État et de gouvernement pour un vote au maximum un mois après

Certains n'attendent pas, l'Espagne par exemple a déjà avancé 27 milliards d'euros pour un grand plan pour l'automobile du futur, elle espère être bien vite remboursée via le plan de relance européen. Mais d'autres sont en retard, les Pays-Bas, embourbés dans une crise politique, n'arriveront pas à rendre leur copie vendredi, pareil pour la Bulgarie ou encore la Hongrie 

Et maintenant ?

Le grand plan de relance européen avait été adopté par les 27 en juillet dernier après 4 jours et 4 nuits de négociations. Maintenant, il doit être voté par les 27 Parlements, et là ça traîne, seuls 17 États, dont la France, l'ont fait passer. Les autres pas encore, ce qui a suscité l'irritation la semaine dernière d'Emmanuel Macron et du chef du gouvernement italien Mario Draghi, mais c'est en cours.

À lire aussi

L'argent demandé doit être fléché, par exemple, 37% de l'enveloppe attribuée à un pays doit servir à la transition climatique et pas n'importe comment. En cas de rénovation énergétique d'une université par exemple, il faut prouver que les matériaux utilisés sont biosourcés, donc qu'ils n'aient aucun impact sur l'environnement.

20% du budget ensuite à la transition numérique, par exemple pour équiper les écoliers en ordinateurs et permettre l'école à la maison en cas de nouvelle pandémie, il faut aussi financer de la formation, de la recherche industrielle, des hôpitaux ou encore l'accueil des jeunes enfants, on ne peut pas faire n'importe quoi.

Quelques détails du plan français

Le Plan de relance français a été chiffré à 100 milliards d'euros initialement, 40 milliards doivent être donnés par Bruxelles. Paris mise notamment sur l'hydrogène, la rénovation des passoires thermiques, 20% de nos logements, l'installation de bornes électriques, des nouveaux trains. Bruxelles attend la France de pied ferme sur les réformes sociales : celle de l'assurance chômage et surtout celle des retraites. Tous les détails seront dévoilés mardi devant l'Assemblée nationale. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/