2 min de lecture Économie

Aides aux plus modestes : "Une petite inflexion dans la politique de relance", analyse Lenglet

ÉDITO - Emmanuel Macron a mis en place plusieurs aides afin de contrebalancer les annonces qui ont été faites pour lutter contre l'épidémie de Covid-19.

Francois Lenglet ok Lenglet-Co François Lenglet iTunes RSS
>
Est-ce justifié de soutenir l'économie en distribuant des primes aux plus modestes? Crédit Image : Capture France 2 | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
LENGLET 245300
François Lenglet édité par Venantia Petillault

Emmanuel Macron a durci les restrictions et les mesures en vue de lutter contre l'épidémie du coronavirus. Mais il y a bien, parmi les mesures annoncées ce jeudi 15 octobre, un soutien à la consommation.

Ce soutien vise les ménages à faibles revenus, et sera compris entre 150 et 450 euros, selon la taille du foyer. Il devrait être versé aux bénéficiaires du RSA, c'est à dire ceux qui sont sans travail et sans allocation-chômage, à ceux qui reçoivent l’allocation pour handicapés et aux destinataires des allocations logement mais cela se complique. Il y a un flou là-dessus. Ils n'auraient probablement droit qu'à une fraction de l'aide.


 Au total, un peu plus de quatre millions de foyers, selon le Premier ministre, qui devraient recevoir cet argent dans les six semaines. C’est une petite inflexion dans la politique de relance, qui jusqu’ici était concentrée sur les entreprises et la modernisation des infrastructures, et refusait le soutien à la consommation, en jugeant qu’il n’était pas nécessaire.

Ce changement s'explique par des considérations sociales plus qu’économiques. Il s’agit de donner un coup de pouce aux revenus des Français modestes ou très modestes, qui ont subi la crise plus que les autres. Mais la mesure est soigneusement calibrée, pour éviter deux écueils. Elle est d’abord ponctuelle, et le chef de l’État s’en est justifié hier : si on augmentait durablement les minimas sociaux pour répondre à la crise, a-t-il dit, on ne pourra jamais revenir en arrière, même après la normalisation de la situation économique. On prend donc le risque de dissuader la reprise du travail, le revenu de l’allocation étant proche de celui de l’emploi. C’est au moins la conviction du président, plutôt une idée de la droite, qu’il a souvent répétée : la valeur travail. 

Des incertitudes planent sur l'efficacité du plan

À lire aussi
Le Salon de l'Agriculture 2020 qui s'est tenu jusqu'au 1er mars à Paris, avant le confinement (Illustration). Coronavirus France
Coronavirus : l'évènementiel, un secteur sinistré par la crise sanitaire

L’aide est par ailleurs ciblée, pour ne pas profiter aux Français qui n’en n’ont pas besoin, la classe moyenne et supérieure, qui ont économisé des dizaines de milliards d’euros pendant le confinement. Ponctuel et ciblé, c’est aussi la limite du dispositif retenu. Il ne faut pas compter là-dessus pour relancer la machine, c’est trop faible.

Le problème c’est que le plan de relance présenté il y a six semaines, n’aura pas d’effet avant 2021 au mieux, plutôt 2022. Car c’est un traitement de fond pour l’économie française, qui vise à la moderniser. C’est long à mettre en oeuvre. D’autant qu’une partie du financement dépend de l’Europe, qui continue à s’empailler sur les modalités techniques. Ce plan était parfait pour accompagner une reprise progressive, il est à redouter qu’il soit peu efficace pour sortir l’économie du marasme si elle replonge à la suite du redémarrage de l’épidémie. 

Un plan mal calibré ?

Les perspectives ont complètement changé. Il faut maintenant se préparer à une crise longue, avec une économie diminuée de façon persistante, qui nécessite un soutien public durable. Ce n’est plus du tout la même stratégie. Sauf à prendre le risque de se trouver, au printemps 2022, lors de l’élection présidentielle, avec un niveau de vie toujours inférieur à celui de 2019, trois ans auparavant... Ce serait sans précédent depuis la Seconde Guerre mondiale. Et pas très favorable au Président candidat à un second mandat. C'est le virus qui va donc prendre le contrôle de la stratégie économique française.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Économie Aide Social
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants