1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Bourse : "Les pertes de la crise du coronavirus ont été intégralement effacées", assure Lenglet
3 min de lecture

Bourse : "Les pertes de la crise du coronavirus ont été intégralement effacées", assure Lenglet

ÉDITO - À peine plus d'un an après sa chute brutale à cause de la crise sanitaire, le CAC 40 a réussi à combler le "gap" en passant le seuil des 6.000 points jeudi 11 mars.

Le CAC 40 (illustration)
Le CAC 40 (illustration)
Crédit : AFP / Archives, ERIC PIERMONT
Bourse : "Les pertes de la crise Covid ont été intégralement effacées", assure Lenglet
03:37
Bourse : "Les pertes de la crise Covid ont été intégralement effacées", assure Lenglet
03:37
François Lenglet - édité par Venantia Petillault

C’est la fête à la bourse. Le CAC 40, indice des entreprises vedettes françaises, a passé hier le seuil des 6.000 points.

Et le franchissement de ce seuil marque une autre étape importante : les pertes de la crise Covid ont été intégralement effacées. La dernière fois que le CAC était à ce niveau, c’était juste avant le déclenchement de la crise sanitaire, il y a un an. Avait alors commencé une purge violente, qui a fait chuter le CAC jusqu’à 3.700, c'est-à-dire une chute de 40%, en quelques jours. Il a fallu dix mois pour remonter. Alors, l’indice n’est qu’une moyenne et, derrière son retour à 6.000, il y a eu des changements très importants pour les valeurs.
 
C'est-à-dire qu’il y a des gagnants et des perdants, comme dans l’économie. Les gagnants, c’est le luxe, Hermès, + 43% sur la période, et LVMH, + 36%. Les perdants, c’est Danone, -22%, Orange, -22 % aussi, Airbus, - 24%. Vous voyez qu’au sein de cet indice de 40 entreprises, il y a des destins boursiers très divergents, selon les performances. Et aussi selon les modes boursières.

Le record du CAC 40 a été au plus haut le 4 septembre 2000, c’était son record absolu, 6.922 points, juste avant l’explosion de la bulle internet. C’est en 1988 qu’il a été créé, il valait alors 1.000 points. Il a donc été multiplié par six depuis 32 ans, alors que le PIB, l‘économie française, a été entre 2 et 3 fois moins vite.

Un décalage entre la valeur des entreprises à la bourse et l’économie réelle

Il y a deux explications au décalage entre la valeur des entreprises à la bourse et l'économie réelle. La première, c’est que les grandes entreprises françaises se sont mondialisées sur cette période. Nos champions ont donc vu leur chiffre d’affaires progresser bien plus vite que l’économie française, grâce à leur internationalisation. En 1989, c’est la chute du Mur. De nouveaux marchés s’ouvrent, et aussi des terres de délocalisation, qui ont permis à nos entreprises de faire fabriquer en Europe de l’Est, là où c’est moins cher. 

À lire aussi

C’est aussi à cette époque que les marchés émergents décollent, la Chine en particulier bien sûr, qui va connaître des croissances à deux chiffres durant les années 1990. L’autre raison, c’est que la composition de l’indice varie sans cesse. La comparaison n’est donc pas très rigoureuse sur trente ans.
 
Cela veut dire que la composition de l’indice n’est pas la même qu’au début. En effet, il y a des sociétés différentes d’alors, et leur poids dans l’indice varie. Aujourd’hui, c’est LVMH la plus grosse entreprise du CAC, elle vaut 285 milliards. 

Lors de la création du CAC en 1988, la première, c’était un pétrolier, Elf Aquitaine, absorbé depuis par Total. Lui a succédé, dans les années 1990, Alcatel Alsthom, aujourd’hui englouti, absorbé en partie et par Nokia, et par General Electric. Puis France Télécom, l’ancien nom d’Orange, pendant la bulle internet, leader bientôt dépassé par Total, le tenant du titre le plus résistant, lui-même dépassé désormais par le N°1 du luxe, LVMH. 

À travers les fortunes et les infortunes du CAC, on retrace toute l’évolution de l’économie française. Mais il faut garder le sens des proportions. Apple, le constructeur informatique de la Silicon Valley, vaut à lui seul quasiment autant que la totalité des 40 entreprises du CAC, 2.000 milliards de dollars, c'est-à-dire 1.700 milliards d’euros.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/