3 min de lecture Entreprises

Bercy veut conserver dans le giron français une pépite technologique

ÉDITO - L'entreprise Photonis, spécialisée dans la vision nocturne, est sur le point d'être rachetée par des intérêts américains.

Francois Lenglet ok Lenglet-Co François Lenglet iTunes RSS
>
Bercy veut conserver dans le giron français une pépite technologique Crédit Image : AFP / FRED DUFOUR | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
LENGLET 245300
François Lenglet édité par Maxime Magnier

Photonis est une PME, un des spécialistes mondiaux de la vision nocturne, qui a crée une technologie équipant notamment les forces militaires françaises, qui utilisent bien sûr ces lunettes pour les combats. Photonis, propriété d’un fonds d’investissement français, Ardian, est sur le point d’être cédée à un groupe californien, Teledyne. 

Mais le ministre de l’Économie Bruno Le Maire a indiqué, jeudi 5 mars, qu’il souhaitait désormais une solution française pour l’avenir de cette entreprise stratégique. Le ministre pourrait donc bloquer la vente. Il en a parfaitement le droit, grâce au décret Montebourg, élargi depuis sa création par l’ancien ministre de François Hollande. 

Ce décret permet au gouvernement de bloquer une transaction s’il considère que les intérêts stratégiques de la nation sont compromis. Cela s’applique bien évidemment à de nombreux secteurs, mais au premier chef aux technologies utilisées par la Défense.

Les géants français de la Défense rechignent à débourser 500 millions d'euros

Les Américains ne sont pas nos ennemis, mais souvenez-vous des drones militaires, dont je vous ai parlé il y a huit jours. L’armée française en a acheté aux États-Unis, ils ne lui ont été cédés qu’avec des conditions d’utilisations très restrictives, notamment l’interdiction de les utiliser en dehors du couloir sahélien ! C'est embêtant. 

À lire aussi
Le président turc Recep Tayyip Erdogan. Turquie
Boycott de produits français : quel impact économique en France ?

La nationalité d’une entreprise, ça compte. Et le débat ouvert par Bruno Le Maire est tout à fait salutaire. De telles dispositions existent aussi aux États-Unis, avec un comité qu’on appelle le CFIUS, qui a bloqué quelques dossiers de vente, en particulier lorsque l’acheteur était chinois.

Le problème, côté français, c'est que Safran et Thalès, nos deux géants industriels de la Défense, se font tirer l’oreille. Ils trouvent, semble-t-il, que le prix à payer, 500 millions d'euros, est trop élevé pour cette technologie. Même si Photonis travaille sur bien d’autres sujets. Il y aurait également la BPI, une banque publique qui investit au nom de l’état dans les entreprises, justement sur des considérations stratégiques

Le tour de table n’est donc pas bouclé. À moins qu’Ardian, le propriétaire actuel, ne soit dissuadé de vendre et qu’il ne finisse par conserver la société dans son portefeuille. Il avait déjà été propriétaire de l’entreprise, l’a revendue, puis rachetée, il tente de la céder à nouveau.

Le principe du private equity

Des fonds qui semblent jouer au Monopoly avec des entreprises sensibles, c'est ce qu'on appelle le private equity. Ce sont des fonds financés par de gros investisseurs, qui veulent faire fructifier ainsi leur argent. Avec les sommes recueillies, les fonds de private equity achètent des entreprises prometteuses, et tâchent de les développer sur 5 ou 7 ans. Après quoi, ils les revendent avec une plus-value, qui sert à rémunérer leurs investisseurs de départ

Certains de ces fonds sont excellents, et ont contribué à faire croître le chiffre d'affaires et la rentabilité de leurs protégées. Dans le cas qui nous occupe, ça se discute, puisque Ardian revend Photonis au prix où il l'avait acheté il y a neuf ans. L'opération n'est donc pas brillante. Sans compter que Photonis aura changé quatre fois de propriétaire en moins de quinze ans. Ça donne le tournis. Et ce n'est sûrement pas le meilleur moyen de développer durablement et sainement une entreprise que de la faire passer de main en main, chacune ayant comme objectif de la revendre au bout de cinq ans avec plus-value.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Entreprises Technologie Rachat
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants