1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Automobile : pourquoi les ventes de voitures électriques ont chuté en janvier
2 min de lecture

Automobile : pourquoi les ventes de voitures électriques ont chuté en janvier

ÉDITO - Les ventes de voitures électriques ont fortement chuté en janvier. Conséquence d'une stratégie environnementale : l'immatriculation de milliers de "véhicules de démonstration".

Une voiture électrique en train de recharger (illustration)
Une voiture électrique en train de recharger (illustration)
Crédit : Jacques DEMARTHON / AFP
Automobile : les ventes de voitures électriques ont chuté en Janvier
03:29
Automobile : les ventes de voitures électriques ont chuté en Janvier
03:29
François Lenglet

Les ventes de voitures électriques se sont effondrées en janvier. Le véhicule dit intégralement propre, 100% électrique, a vu en effet ses immatriculations plonger au premier mois de l'année avec une chute de 41%. En réalité, c'est la conséquences des ventes élevées réalisées juste avant la fin de l'année 2020, soit 11.000 voitures sur le mois de décembre. En cause : le zèle des constructeurs automobiles qui ont enregistré à l'immatriculation de plusieurs milliers de "véhicules de démonstration". 

Pour chaque modèle, les concessionnaires disposent au moins d'une voiture qui sert aux essais réalisés par la clientèle. Ces véhicules sont ensuite revendus avec une décote importante, d'occasion, puisqu'ils ont été conduits. En décembre, les concessionnaires ont forcé la dose en immatriculant ces démonstrateurs et en faisant croire qu'ils avaient réalisé des ventes. Pourtant, ce sont des véhicules qu'ils ont en réalité gardés sur les bras et qu'ils vont devoir vendre d'occasion.

Une stratégie pour les émissions de carbone

Mais l'intérêt est tout autre. Il s'agissait de faire baisser la moyenne des émissions de carbone, en faisant monter artificiellement le nombre de véhicules électriques mis en circulation. De fait, une directive européenne impose que l'on mesure chaque année les émissions moyennes sur l'intégralité des ventes réalisées par chaque constructeur sur le Vieux Continent.

À noter que les normes ont été durcies en 2020. Si tel constructeur dépasse les limites fixées, il reçoit une amende. Le calcul se faisant sur l'année, il fallait trafiquer les chiffres avant la fin décembre 2020. Une stratégie qui valait bien quelques rabais sur de fausses occasions. Mais pour rappel, les sanctions sont élevées. 

À lire aussi

Volkswagen par exemple, qui dépasse la moyenne autorisée d'un demi gramme de CO2, va payer plus de 100 millions d'euros. La menace est si forte qu'un groupe comme Fiat, mauvais sur l'électrique, a payé un milliard et demi d'euros à Tesla pour s'associer avec lui dans les calculs, et faire baisser sa moyenne. De plus, les normes vont encore se renforcer dans les années à venir, au point qu'elles vont rendre de plus en plus difficile la vente de voitures thermiques d'ici la fin de la décennie.

L'année 2020 a marqué une accélération

Toujours est-il que les ventes de véhicules électriques sont moins fortes qu'il n'y paraît, mais elles restent toutefois en hausse. En 2020, 111.000 véhicules de ce type ont été vendus en France, c'est presque trois fois plus que l'année précédente. L'année 2020 a ainsi marqué une véritable accélération : jusqu'ici, la proportion augmentait en effet mais sur des volumes très faibles. 

L'année dernière, les modèles électriques et hybrides ont représenté 6,7% des ventes de voitures neuves, contre 1,9% en 2019. Le modèle le plus vendu en électrique pur, c'est la Zoé de Renault, avec plus de 37.000 exemplaires en 2020. Ce modèle est suivi par la Peugeot E-208 et par la Tesla, qui a écoulé 6.500 exemplaires de son modèle 3 en France. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/