2 min de lecture Emploi

Aides à l'emploi des jeunes : pourquoi faut-il les poursuivre malgré des effets contrastés ?

Elisabeth Borne annonce dans le "JDD" le prolongement des aides à l’embauche des jeunes. Les primes peuvent aller jusqu’à 4.000 euros pour un jeune en CDD /CDI. Mais est-ce que ces aides ont fonctionné jusqu’à présent ?

>
Aides à l'emploi des jeunes : pourquoi faut-il les poursuivre malgré des effets contrastés ? Crédit Image : LUDOVIC MARIN / AFP / POOL | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
Anais Bouissou
Anaïs Bouissou édité par Camille Guesdon

Les objectifs d'embauche de jeunes en CDD / CDI n'ont pas été remplis. Le gouvernement tablait sur 450 000 embauches, mais la France n'est qu'à la moitié. Malgré tout, les aides à l'embauche des jeunes ont clairement limité la casse face au chômage. Dans l’apprentissage par exemple, en 2020, il y a eu plus d’embauches qu’en 2019. Avec toutes les péripéties de la crise on peut dire que c’est un exploit et c’est un premier pas vers l’emploi.


Même si elles coutent cher, même s’il est difficile de mesurer leur effet réel, ces aides sont toujours mieux que rien, et encore plus au vu de la situation du marché du travail. Rien qu’au mois de novembre, les moins de 25 ans n’ayant pas du tout travaillé ont vu progresser leur taux de chômage de 2%. C’est plus du double des chiffres des demandeurs d’emploi plus âgés. Et ces chiffres risquent de ne pas s’arranger dans les mois qui viennent. 

Ces aides ne suffiront pas

Les aides à l'embauche des jeunes ne permettront pas d’éviter complètement le choc de la crise. Elles ne donneront pas un travail à chaque jeune qui sort de formation et à chaque étudiant qui doit travailler pour payer ses études. C’est pour cela qu’en complément, les syndicats et associations demandent sans succès, depuis des mois, un RSA pour les plus jeunes. Mais le chef de l’Etat refuse un RSA pour tout le monde.

Le gouvernement préfère étudier la piste des aides à la consommation

Le gouvernement aimerait mettre en place des chèques consommations pour aider les jeunes et les étudiants dans leurs courses alimentaires. L’institut libéral Montaigne qui a planché sur le sujet, propose rien de moins que 12 milliards d’euros de ces chèques consommation. Cela représenterait 150 euros par mois sur un an pour les bénéficiaires. Et ce serait effectivement, un moyen supplémentaire de tenir, pour les jeunes sans travail ni ressources.    

Le plus

À lire aussi
Brexit
Brexit : 2.500 emplois britanniques accueillis en France

Malgré la crise, Tesla a vendu près d’1/2 million de véhicules. C’est mieux que ce que Wall Street avait prévu. Il y a donc de la concurrence pour PSA et Fiat Chrystler dont les actionnaires doivent valider aujourd’hui le projet de fusion.   

La note : 15/20 au vrai camembert normand

C’est une bataille vieille de 20 ans. Depuis le 1er janvier, la "mention fabriquée en Normandie", jugée trop floue, est bannie des rayons. Seule reste l’AOP Camembert de Normandie, aux normes de fabrications strictes.   

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Emploi Jeunes Jeunesse
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants