2 min de lecture Vin

Wine Paris-Vinexpo : l'inquiétude des viticulteurs

Ce lundi 10 février s'ouvre le Wine Paris-Vinexpo, le plus grand salon professionnel du vin. Dans un contexte international fébrile depuis que l'administration Trump a imposé la taxe de 25%, les viticulteurs sont inquiets.

Christelle Rebiere RTL Midi Christelle Rebière iTunes RSS
>
Les infos de 12h30 - Tempête Ciara : les trafics ferroviaires et aériens reprennent progressivement Crédit Image : Thomas SAMSON / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Jean-Marc Terrié édité par Marie Gingault

Le salon Wine Paris-Vinexpo vient d'ouvrir ses portes ce lundi 10 février dans un climat où règne l'inquiétude. Depuis l'entrée en vigueur mi-octobre des taxes américaines, les ventes de vins français aux États-Unis ont chuté de 44%, selon le secrétaire d'État au commerce extérieur Jean-Baptiste Lemoyne.

Viticulteur en Gironde depuis plus de quinze ans, Daniel Marteau possède 200 hectares dans le Medoc et le Saint-Émilion et il s'inquiète : "Le Bordeaux est au plus bas, les cours se sont effondrés. Sur les deux dernières années, notre chiffre d'affaires a baissé environ de 40%"; déplore le viticulteur. En plus de cette baisse considérable, Daniel Marteau doit également s'organiser pour compenser la taxe Trump, en vigueur depuis quatre mois. Une taxe sur les vins français, allemands et espagnol de moins de 14°. "Nous sommes taxés à 25% et nous avons dû prendre des accords avec nos importateurs pour partager un petit peu la donne".

Le salon s'ouvre donc dans un climat délicat. La consommation intérieure de vins baisse et le salon, qui réunit pour la première fois en un lieu toute les inter-profession viticoles françaises, tente de relancer les exportations. "L'exportation se fait très mal et nous avons perdu au moins 25 à 30% de notre exportation vers les États-Unis. Le marché américain vers la France a augmenté sur ces deux ou trois dernières années, de 30 à 40% ce qui veut dire qu'il rentre sur l'Europe de plus en plus de vin américains" ajoute le viticulteur.

Le marché chinois n'est pas un marché stable

Daniel Marteau, viticulteur en Gironde
Partager la citation

Selon l'Organisation internationale de la vigne et du vin (OIV), le ralentissement de la croissance économique en Chine pèse sur la consommation de vins dans ce pays, ainsi que la concurrence de plus en plus vive des vins chiliens en vrac, exemptés de droits de douane. Personne n'a encore fait d'estimation sur l'impact du coronavirus sur la consommation de vins.

À lire aussi
Un verre de vin rouge (illustration) consommation
Foires aux vins : "des cuvées avec un excellent rapport qualité-prix" cette année, dit un expert

"Le marché chinois, qui n'est pas un marché stable, qui est un marché dans nos gammes de prix, qui est en dent de scie, aujourd'hui il est carrément arrêté avec le problème du virus. Tout ce qui était en attente de départ en Chine est bloqué jusqu'à nouvel ordre, et on ne sait pas pour combien de temps" raconte Daniel Marteau.

Les trois premiers marchés importateurs de vins français sont ceux qui aujourd'hui sont les plus menacés, les États-Unis, la Chine et le Royaume-Uni.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Vin Bordeaux Donald Trump
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants