2 min de lecture Paris

Violences policières : un commissariat parisien visé par plusieurs enquêtes

Plusieurs enquêtes ont été ouvertes en juillet pour des soupçons de violences policières dans un commissariat du XIXe arrondissement de Paris, a indiqué le parquet de Paris.

Un commissariat de police (illustration)
Un commissariat de police (illustration) Crédit : JACQUES DEMARTHON / AFP
Sarah Belien
Sarah Belien
et AFP

"J’étais menotté, les bras écartés et ils tapaient, tapaient. C’est de la torture." Streetpress a rassemblé plusieurs témoignages de violences sur des gardés à vue au commissariat du XIXe arrondissement de Paris. À la suite de ces publications, le parquet de Paris a confirmé à l'AFP que des enquêtes avait été ouvertes en juillet sur des soupçons de violences de la part de policiers de cet établissement.

Parmi les témoignages recueillis par le site de Streetpress, il y a celui de Moha, 37 ans. L'homme a été interpellé dans la nuit du 7 au 8 juillet après une altercation dans la rue alors qu'il avait bu. Il raconte avoir été roué de coups par des policiers dans la voiture des forces de l'ordre et dans le commissariat. "Je n’ai jamais reçu autant de coups et d’insultes. Pourtant j’en ai fait des gardes à vue, mais celle-là c’était violent", a-t-il confié. Cet homme, incarcéré jusqu'à la mi-août pour l'altercation, a déposé plainte contre les agents.

"Une enquête a été ouverte le 22 juillet du chef de violences par personne dépositaire de l'autorité publique", a indiqué le parquet de Paris à l'AFP, précisant que les investigations avaient été confiées au service de déontologie de la préfecture de police de Paris (SDSE).

Ce commissariat, situé dans le nord-est parisien, est déjà visé par d'autres enquêtes. Début septembre, le parquet avait notamment ouvert une enquête après la parution du livre Flicdans lequel un journaliste infiltré pendant deux ans dans la police parisienne, Valentin Gendrot, évoque des "tabassages" et des pratiques "racistes".

Liu Shaoyao, un père de famille abattu chez lui

À lire aussi
Ille-de-France
Seconde rixe en Essone : un mineur accusé de meurtre et tentative de meurtre

Le site explique avoir pu identifier les fonctionnaires mis en cause par Moha, comme faisant partie de la BAC. Deux d'entre eux seraient également impliqués dans la mort de Liu Shaoyao, un homme, dont la famille se bat toujours, trois ans après les faits, pour faire la lumière sur cette histoire.

D'après Streetpress, un habitant du XIXe arrondissement de Paris avait appelé la police, signalant qu'un homme se baladait avec un couteau à la main dans son couloir. Trois fonctionnaires se sont alors rendus sur les lieux et ont enfoncé la porte de l'appartement de Liu Shaoyao et sa famille. L'homme tenait un ciseau dans les mains, qu'il utilisait pour couper du poisson dans la cuisine, rapporte le site. L'un des policiers l'a abattu sous les yeux de ses enfants, qui en témoignent aujourd'hui.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Paris Commissariat Enquête
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants