1 min de lecture Société

Violences conjugales : brûlée vive sous les yeux de sa fille parce qu'elle "voulait partir"

Sandrine se souvient avec douleur de sa sœur, Ghylaine, tuée par son compagnon parce qu'elle voulait quitter le domicile conjugal.

>
VIDÉO - Violences conjugales : brûlée vive sous les yeux de sa fille parce qu'elle "voulait partir" Crédit Image : La rédaction de RTL | Crédit Média : M6 / Cécile Chabaneau Audrey Vuetaz Diane Douzillé | Date :
Diane Douzillé
Diane Douzillé
et Sophie Merle

Les yeux rivés sur le portrait de sa sœur, pour se donner du courage. Sandrine revient là où, il y a 2 ans, sa vie s'est arrêtée. C'est dans cet appartement que Ghylaine Bouchait, 34 ans, a été battue et brûlée vive par son compagnon.

Le soir du 22 septembre 2017, une dispute éclate quand la jeune femme lui annonce qu'elle a décidé de le quitter. Sa sœur Sandrine témoigne : "Ses affaires sont encore sur son lit, la pile de linge comme pour faire sa valise, mais il ne l'a pas laissée partir." S'ensuivent des insultes, des coup puis l'homme s'empare d'une bouteille d'essence. "Il l'a déversée sur ma sœur et il a mis le feu." Sous les yeux de leur fille de 7 ans. 

Deux jours plus tard, Ghylaine, brûlée à plus de 90% degrés, succombe à ses blessures. Pendant les 10 ans de leur relation, la jeune femme n'avait jamais subi de violences physiques mais une lourde emprise psychologique, selon ses proches. "Il choisissait ce qu'elle devait manger, il fallait que le ménage soit fait de telle façon et pas de telle autre." L'homme a été mis en examen et écroué. En attendant son procès l'an prochain, Sandrine s'occupe de sa nièce dont elle a la garde, une petite fille sans repères.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société Violences conjugales Femmes battues
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants