1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Soldat tué au Mali : "Il est mort en faisant sa passion", assure son père
2 min de lecture

Soldat tué au Mali : "Il est mort en faisant sa passion", assure son père

DOCUMENT RTL - Le père du caporal-chef Maxime Blasco, tué au combat au Mali ce vendredi 24 septembre, témoigne pour la première fois depuis la mort de son fils.

Le Caporal-chef Maxime Blasco du 7e bataillon de chasseurs alpin, tué au combat au Mali le 24 septembre 2021, lors d'une opération de la force anti-jihadiste française Barkhane.
Le Caporal-chef Maxime Blasco du 7e bataillon de chasseurs alpin, tué au combat au Mali le 24 septembre 2021, lors d'une opération de la force anti-jihadiste française Barkhane.
Crédit : Etat Major des Armées / AFP
Soldat tué au Mali : "Il est mort en faisant sa passion", assure son père
09:56
Le Journal Inattendu de Daniel Auteuil
46:51
Le Journal Inattendu du 25 septembre 2021
46:51
Serge Pueyo

Maxime Blasco avait 34 ans. Il faisait partie du 7ème bataillon des chasseurs alpins de Varces en Isère. Il a été tué ce vendredi 24 septembre dans une embuscade tendue par des djihadistes. En 2019, ce tireur d'élite d'exception avait sauvé deux camarades après un accident d'hélicoptère, et avait été décoré par le président de la République.

"Il est mort en faisant sa passion. Il me disait toujours : 'papa, c'est pour la France. Là-bas, il y a des malheureux, il y a des enfants qui meurent", réagit pour la première fois son père, Jean-Marc Blasco. Se remémorant l'accident d'hélicoptère, il décrit son fils comme "courageux". "Pour lui, ce n'était pas un héros. Il avait juste fait ce qu'il avait à faire."

"Il aurait voulu qu'on garde l'image de quelqu'un de courageux, qui était allé au bout de son engagement. Il n'aurait pas voulu que ce soit autrement. Il était humble, pudique. Il voulait rester modeste. Même dans le chagrin, c'est ce qu'il faut retenir. Il n'est pas mort, il est dans nos cœurs".

À écouter également dans ce journal

Toxicomanes - Un mur de parpaing bâti dans la nuit sous le périphérique qui sépare Paris de Pantin. Ce mur a été construit dans le but d'empêcher les toxicomanes, déplacés hier du jardin d'Eole, de rejoindre la Seine-Saint-Denis. Les toxicomanes sont maintenus dans un square par un dispositif policier.

Primaires - On saura enfin ce soir quel sera le mode de désignation du candidat LR à la présidentielle. Près de 80.000 militants sont appelés à voter. Les écologistes, quant à eux, ont le week-end pour départager Sandrine Rousseau et Yannick Jadot. Le scrutin est ouvert jusqu'à lundi.

Football - La Ligue 1 sous haute tension, secouée par des débordements de supporters. Le monde du football espère bien un retour au calme et au jeu. Cet après-midi, 200 supporters niçois seulement seront autorisés dans les tribunes de Geoffroy-Guichard à Saint-Etienne. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/