2 min de lecture Sexisme

Sexisme : Canal + accusé de protéger Pierre Ménès après les dénonciations de Marie Portolano

Accusé d'agressions sexuelles sur plusieurs de ses consoeurs, Pierre Ménès a exprimé ses "profonds regrets" ce lundi soir.

Pierre Ménès le 2 mars 2018.
Pierre Ménès le 2 mars 2018. Crédit : VALERY HACHE / AFP
Marie Gingault
Marie Gingault et AFP

Après la diffusion du documentaire "Je ne suis pas une salope, je suis une journaliste", réalisé par Marie Portolano et diffusé dimanche 21 mars sur Canal +, la chaîne a été accusée d'avoir censuré des passages de son chroniqueur-vedette, Pierre Ménès, accusé d'agressions sexuelles.

D'après le site Les jours, des passages mettant en cause le chroniqueur dans deux affaires d'agressions sexuelles ont été coupés de la version finale de ce documentaire traitant du sexisme dans le journalisme sportif. Si la chaîne privée n'a pas souhaité faire de commentaire à ce sujet, Pierre Ménès, invité dans "Touche pas à mon poste" ce lundi soir, a exprimé ses "profonds regrets". Durant l'émission, un des passages censurés a finalement été diffusé et le chroniqueur a considéré que "tout ce qui (lui) est reproché est intolérable dans le logiciel de 2021".

"On ne me reprendra jamais à faire des choses comme ça", a-t-il affirmé dans TPMP, tout en estimant que depuis l'émergence du mouvement "#Metoo, on ne peut plus rien dire, on ne peut plus rien faire".

Des séquences coupées à "la demande de la direction des sports de Canal+"

Dans ce documentaire, qui retrace plus de 40 ans de lutte pour la parité dans ce secteur très masculin, plusieurs journalistes ont témoigné : Nathalie Iannetta, Clémentine Sarlat ou encore Estelle Denis. Les faits reprochés à Pierre Ménès remontent à août 2016, où à la fin d'une émission du "Canal Football Club", le chroniqueur aurait soulevé la jupe de Marie Portolano avant de lui attraper les fesses, "hors antenne, mais face au public", affirme Les jours. Pierre Ménès a seulement reconnu avoir soulevé la jupe de la journaliste. 

À lire aussi
Roxana Maracineanu
Le cas de Pierre Menès doit être "réglé avec son employeur", estime Roxana Maracineanu

L'autre affaire concerne Isabelle Moreau, que le chroniqueur a embrassé de force sur la bouche pour "fêter" la centième du Canal Football Club en 2011. La scène est visible sur les réseaux sociaux. "Dans la version initiale" du documentaire, Marie Portolano montre ces images "à Isabelle Moreau sur une tablette, qui, les revoyant, fond en larmes". Une séquence coupée à "la demande de la direction des sports de Canal+", affirme le site en ligne. 


De même, les scènes où Marie Portolano confronte Pierre Ménès aux larmes d'Isabelle Moreau ainsi qu'à sa propre agression, auraient également été supprimées, comme toutes les interventions de journalistes masculins. 

"Ces images sont scandaleuses", a admis Pierre Ménès

Les internautes se sont indignés sur les réseaux sociaux avec plus de 62.000 tweets affiliés au hashtag #PierreMenesOut peu avant minuit. Si le chroniqueur s'est dit l'objet d'une "déferlante de haine", il a néanmoins convenu qu'"il ne l'avait "peut-être pas volé".

Une autre vidéo montrant Pierre Ménès embrasser de force Francesca Antoniotti dans l'émission "Touche pas à mon sport" en 2016, a elle aussi été exhumée. La chroniqueuse, invitée ce lundi soir sur le plateau de TPMP au côté de Pierre Ménès, a indiqué avoir vécu ce moment "comme une humiliation", plus que comme une agression sexuelle. Après la rediffusion de la séquence en question, Pierre Ménès a admis que "ces images sont scandaleuses".

Contactée par l'AFP, Marie Portolano n'a pas souhaité faire de commentaires. "L'essentiel c'est la parole des femmes qui a été intégralement respectée par Canal +. S'il vous plaît ne l'oubliez pas", a-t-elle écrit dimanche sur son compte Twitter. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Sexisme Canal+ Journalisme
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants