2 min de lecture Justice

Seine-Maritime : un arrêté prévoit de tuer 1.430 renards, un recours déposé

La préfecture de Rouen a autorisé l'abattage de 1.430 renards en Seine-Maritime. Cet arrêté est contesté par l'association One Voice. La justice doit trancher ce mercredi 19 août.

Un renard près de Chinon en juillet 2020
Un renard près de Chinon en juillet 2020 Crédit : GUILLAUME SOUVANT / AFP
signature paul turban
Paul Turban et AFP

Le préfet de Seine-Maritime entend protéger "le petit gibier et plus particulièrement sur les perdrix" par "la régulation des populations de renards sur l'ensemble du département." Aussi, dans un arrêté du 20 juillet, il a autorisé 15 "lieutenants de louveterie" désignés à procéder à l'élimination par tir nocturne "dans la limite de 1.430 renards", soit "de l'ordre de 15 % des prélèvements départementaux annuels constatés."

La justice examinera ce mercredi 19 août un recours en référé contre cet arrêté. L'audience devant le tribunal administratif de Rouen est prévue mercredi à 15 heures, selon des sources concordantes consultées par l'AFP. Ce recours a été déposé par l'assocation One Voice. 

One Voice a assuré avoir, en 2018, obtenu de la justice l'annulation en référé de deux arrêtés similaires l'un concernant l'Eure et l'autre la Meurthe-et-MoselleElle conteste les méthodes de comptage de la préfecture et conséquences de cette campagne. 

L'arrêté explique qu'il y a une "nécessité" de limiter "le risque de propagation de maladies transmissibles à l'homme et véhiculées par le renard (échinococcose alvéolaire et gale sarcoptique) ainsi que "la nécessité de protéger les élevages avicoles". 

Le renard, auxiliaire de la biodiversité ou nuisible ?

À lire aussi
Les professeurs se sont réunis à Paris en hommage à Samuel Paty justice
Attentat contre Samuel Paty : que risquent les deux collégiens mis en examen ?

L'État relève "une augmentation sensible de la population du renard dans ce département : ainsi, l'indice kilométrique d'abondance (méthode de comptage de la faune, ndlr) est passé de 0,58 à 0,67 entre 2019 et aujourd'hui", a précisé la préfecture. 

Le 28 juillet, Jean-Michel Bérégovoy (EELV), deuxième adjoint au maire PS de Rouen, avait dénoncé une décision "honteuse". "Le renard a toute sa place dans notre écosystème et joue un rôle dans son équilibre", avait-il argumenté dans un communiqué.  

De son côté France Nature environnement (FNE) Normandie a dans un communiqué distinct "condamné cet arrêté qui, même si le niveau de prélèvement des renards par les lieutenants de louveterie est faible, est écologiquement aberrant". "Le renard, super prédateur, joue un rôle majeur dans les écosystèmes notamment dans la régulation des populations des petits rongeurs", selon l'association. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Faits divers Seine-Maritime
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants