1 min de lecture Société

Sciences : et si les scientifiques étudiaient aussi les femelles ?

Rebecca Shansky, une chercheuse américaine, lance un appel à l'attention de la communauté scientifique pour que les expériences soient aussi réalisées sur des femelles.

Les scientifiques délaissent les femelles de côté pour des raisons sexistes selon une chercheuse américaine
Les scientifiques délaissent les femelles de côté pour des raisons sexistes selon une chercheuse américaine Crédit : iStock / Getty Images Plus
Arièle Bonte
Arièle Bonte
et AFP

À cause du cycle menstruel et des variations hormonales, les femmes sont traditionnellement considérées par le monde scientifique comme des versions plus compliquées que les hommes. Elles seraient "hormonales, émotionnelles, instables". C'est pour dénoncer et mettre fin à ce stéréotype patriarcal, hérité du XIXe siècle, que la chercheuse américaine en neurobiologie, Rebecca Shansky, a signé jeudi 30 mai une tribune dans la grande revue américaine, Science. 

Le mythe que la chercheuse dénonce a conduit les scientifiques à presque exclusivement réaliser leurs expériences et leurs études, depuis un demi-siècle, sur des souris, des rats et des primates mâles, dont le cerveau était considéré comme une version normale du cerveau humain.

Pourtant, les souris mâles démontrent eux aussi des variations allant du simple au quintuple du taux de testostérone, selon qu'ils sont dominants ou pas. Mais cette variation était considérée comme "un non-problème", écrit la chercheuse.

Cela veut dire que, depuis des décennies, les laboratoires pharmaceutiques développent des médicaments dont on s'aperçoit ensuite qu'ils ne sont pas tout à fait adaptés aux femmes, en particulier pour les maladies mentales comme la dépression ou l'anxiété, qui touchent plus de femmes que d'hommes.

Le sexe comme variante biologique

Un exemple fameux : le somnifère Ambien produisait plus d'effets indésirables chez les femmes que les hommes. "On s'est aperçu que les femmes devaient finalement prendre la moitié de la dose des hommes, car elles métabolisent le médicament différemment", a expliqué Rebecca Shansky. Le dosage a été changé en 2013.

À lire aussi
La ministre du Travail Élisabeth Borne lors des questions du gouvernement à l'Assemblée nationale, le 24 novembre 2020 à Paris. société
Retraites : Borne estime que la réforme n'est pas une priorité, contrairement à Le Maire

Aujourd'hui, 20 ans après les débuts de la chercheuse dans les sciences, les temps changent. Un champ de recherche émergent concerne justement les différences entre sexes pour l'efficacité des traitements contre le cancer.

Depuis 2016, les fonds de recherche publics américains requièrent que les études financées prennent en compte le sexe comme variable biologique. "L'argent motive les gens assez efficacement, donc je pense que cela va améliorer les choses", prédit Rebecca Shansky.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société Sciences Égalité hommes-femmes
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants