1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Rhône : fin de la grève de la faim pour deux enseignants
3 min de lecture

Rhône : fin de la grève de la faim pour deux enseignants

TÉMOIGNAGE - Deux enseignants du collège Lucie Aubrac, à Givors, avaient entamé une grève de la faim le 25 janvier dernier. 18 jours plus tard, l'un d'entre eux explique à RTL pourquoi ils arrêtent leur action.

Pierre R. et Leïla M., pendant leur grève de la faim au collège Lucie Aubrac.
Pierre R. et Leïla M., pendant leur grève de la faim au collège Lucie Aubrac.
Crédit : Collectif Aubrac
Coline Daclin

À la fin du mois de janvier, ils racontaient à RTL.fr leur peur pour leurs collègues, les agressions de la part d'élèves, le manque de moyens pour les encadrer... Après 18 jours de grève de la faim, Leïla M. et Pierre R., enseignants au collège Lucie Aubrac de Givors (Rhône), ont recommencé à s'alimenter jeudi 11 février.

"Pour l'instant, on en reste au bouillon", raconte à RTL.fr Leïla M., professeure d'arts-plastiques. La reprise de l'alimentation est progressive : pour un steak, ce ne sera pas avant deux semaines. "On risque plus en se réalimentant que quand on ne mange pas", soutient-elle. Le médecin conseil du rectorat a donné des conseils aux deux enseignants pour recommencer doucement à manger.

Leïla et Pierre avaient commencé leur grève de la faim le 25 janvier, pour protester avec le collectif Aubrac - qui réunit quelque 70 enseignants de leur établissement - pour un classement de leur établissement en REP+, le réseau d'éducation prioritaire renforcé. Ils demandaient notamment plus de personnels pour encadrer les élèves, après trois agressions d'enseignants en quatre jours dans et à la sortie du collège.

"Nous avons bien compris que le ministère [de l'Education nationale, NDLR] assume pleinement de laisser deux fonctionnaires au service de l’État mettre en péril leur santé. Ce constat, amer, nous incite à demander à nos collègues d’arrêter leur grève de la faim", justifie le Collectif Aubrac dans un communiqué. 

De nouveaux moyens alloués

À lire aussi

Vis-à-vis de l'action du gouvernement, Leïla elle aussi est amère. "On a écrit un courrier au ministère pour lui demander une audience le week-end dernier (du 6 au 7 février), mais nous n'avons toujours pas eu de réponse", déclare-t-elle. Et pourtant, ce n'est pas faute d'avoir essayé : le collectif a lancé lundi 8 février une campagne d'appels auprès du cabinet du ministre Jean-Michel Blanquer, accompagnée de mails.

Le vendredi 29 janvier, le collège Lucie Aubrac a néanmoins obtenu le label "Cité éducative", après une annonce du Premier ministre. Un label qui vise "à intensifier la prise en charge éducative des élèves [...] à l'école et hors de l'école". 

Le constat n'est pas complètement désespérant pour les grévistes. Selon Leïla, il y a une autre raison pour laquelle la grève de la faim s'est arrêtée. "Nous avons quand même obtenu des choses : nous avons notre deuxième poste de CPE, un nouvel AED (assistant d'éducation), un demi-poste de psychologue scolaire et un accompagnant pour les élèves perturbateurs...", explique-t-elle. Le problème : "ce qu'on a obtenu on l'a obtenu en dépouillant d'autres établissements", dénonce-t-elle, en fustigeant un budget de l'éducation prioritaire trop serré.

Une journée "REP mort" le 18 mars

Des élus se sont aussi engagés à faire remonter les demandes du collectif auprès du ministre de l'Éducation nationale. Parmi eux, la députée LFI Mathilde Panot, la députée LR Isabelle Valentin ou encore le sénateur PS Jean-Claude Tissot.

"On cesse la grève de la faim, mais on va veiller à tout ce qui nous a été promis soit bien appliqué. Et on va continuer notre mobilisation, car on estime que tout cela reste insuffisant", martèle Leïla. Une journée "REP mort" sera ainsi organisée le 18 mars, avec une grève des enseignants. 

"On espère surtout encourager d'autres réseaux d'éducation prioritaires à se mobiliser", insiste l'enseignante. Et si ce n'est pas suffisant, "d'autres personnes au sein de l'établissements sont prêtes à prendre le relai pour une nouvelle grève de la faim".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/