2 min de lecture Rentrée scolaire

Rentrée scolaire : "Il faut réaffirmer le droit à l'éducation", plaide un expert

INVITÉ RTL - Marc Vanneson, délégué général du think-tank sur les questions d'éducation Vers le Haut, estime que les enseignements devront être ajustés au besoin de chaque élève et qu'il faudra donc "peut-être remettre en cause le diktat du programme".

Yves Calvi_ 6 Minutes pour Trancher Yves Calvi
>
Rentrée scolaire : "il faut réaffirmer le droit à l'éducation", plaide un expert Crédit Image : SEBASTIEN SALOM-GOMIS / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Calvi-245x300
Yves Calvi édité par Victor Goury-Laffont

Crise sanitaire oblige, les salles de classes ont été peu fréquentée ces derniers mois, le retour en classe n'ayant été contraint qu'à partir du 22 juin après plusieurs mois sans cours. Les élèves retournent en cours ce mardi 1er septembre, mais le risque d'absentéisme demeure, selon Marc Vanneson, directeur général du cercle de réflexion sur l'éducation et la jeunesse Vers le Haut.
"On a, pour la première fois dans notre pays, donné l'impression que l'école était facultative pendant plusieurs semaines", regrette Marc Vanneson, pour qui il existe aujourd'hui "un gros risque" que des jeunes, notamment lycéens, ne voient plus de raisons à se rendre en cours. "Il faut réaffirmer le droit à l'éducation et l'obligation de se former. Ça va être un sacré défi", présage-t-il.

Ces risques de décrochage et d'absentéisme sont amplifiés par les discours entourant la crise sanitaire et la reprise de l'épidémie, selon le représentant de Vers le Haut : "Le risque, c'est que certains prennent la situation sanitaire comme prétexte pour se retirer. Il faut réaffirmer que les jeunes ont globalement été peu touchés par la maladie, mais très touchés par les restrictions. Le coronavirus peut priver du goût et de l'odorat, mais il peut aussi priver des jeunes de leur droit à l'éducation."

Des inégalités accrues ?

L'autre grande inconnue de cette rentrée 2020, c'est le retard pris par les élèves après ces mois d'absence. Une donnée qui pourrait creuser les inégalités entre les élèves : "En temps normal, avec les vacances scolaires, un mois de retard s'accumule dans les apprentissages. Ça monte jusque 4 mois chez les enfants issus de milieux populaires ou qui ne parlent par exemple pas français chez eux".

Pour Marc Vanneson, l'heure est venue de s'adapter "en fonction de chaque jeune" et remettre en cause si nécessaire "le diktat du programme scolaire qui est très fort dans notre culture française. Il existe des établissement scolaires où enseignants et parents s'entendent avec l'élève sur des objectifs adaptés. C'est l'approche qu'il faut adopter".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Rentrée scolaire Éducation nationale Coronavirus
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants