1. Accueil
  2. Actu
  3. Débats et société
  4. Réforme du collège: les opposants dénoncent un "passage en force"
3 min de lecture

Réforme du collège: les opposants dénoncent un "passage en force"

REPLAY - Découvrez les sujets qui seront abordés dans l'émission "Les auditeurs ont la parole".

Un classe de 5e au collège Jean de Verrazan de Lyon (photo d'illustration).
Un classe de 5e au collège Jean de Verrazan de Lyon (photo d'illustration).
Crédit : AFP / JEAN-PHILIPPE KSIAZEK
LES AUDITEURS du 20.05.15
30:49

Réforme du collège: les opposants dénoncent un "passage en force"

"Détermination" ou "passage en force"? Au lendemain d'une grève des enseignants, le décret qui concrétise la réforme contestée du collège a été publié aujourd'hui, une accélération immédiatement décriée par ses opposants même si le gouvernement promet de poursuivre le dialogue.
  
Principal syndicat du secondaire, le Snes a aussitôt dénoncé sur Twitter une "provocation, une faute" tandis que le Snalc fustige un "scandaleux passage en force".

Le président du MoDem, François Bayrou, ancien ministre de l'Education nationale, a aussitôt appelé à une "manifestation nationale", évoquant également un "passage en force".
  
"Il n'y a pas de précipitation, tous les délais sont tels que nous les avions prévus depuis le début", a récusé Najat Vallaud-Belkacem, rappelant que la réforme avait été adoptée le 10 avril par la communauté éducative réunie en Conseil supérieur de l'éducation (CSE).

Pour la ministre de l'Education nationale, la parution des décrets au JO va permettre de "passer à l'étape suivante", à savoir les textes d'application qui  vont pouvoir répondre" aux "inquiétudes" des grévistes et manifestants.

Plus du quart des professeurs de collèges publics (27,61%), selon les chiffres du ministère, étaient en grève mardi, le Snes estimant cette participation à plus de 50%.
Le gouvernement passe-t-il en force la réforme du collège ? 


Invités du débat de RTL MIDI : Benoist Apparu, député UMP de la Marne et ancien ministre et David Assouline, sénateur socialiste de Paris.

La rédaction vous recommande

Accepteriez-vous de travailler le dimanche pour sauver votre entreprise ?

À lire aussi

Michelin a signé un accord novateur avec les partenaires sociaux de son usine de Roanne (Loire), s'engageant à ne pas restructurer le site en échange de plus de flexibilité de la part des salariés.
  
Dans ce texte, la direction s'engage à investir au moins 80 millions d'euros pour créer une nouvelle chaîne de production de pneus "haute couture" de 19 à 21 pouces destinés aux véhicules de luxe. Cet investissement va permettre de maintenir 720 emplois à horizon 2019, contre 850 aujourd'hui et ainsi éviter une restructuration.
  
En contre-partie, la direction demande à son personnel un "engagement" sur la sécurité, la qualité et surtout la "réactivité" puisque les pneus haute performance sont souvent produits en petites séries.
  
Cela induira une ouverture de l'usine 7 jours/7 contre 6 jours/7 actuellement. Et donc une nouvelle organisation du travail en cinq équipes, contre quatre actuellement.

Les salariés devront à ce titre oeuvrer 28 dimanches par an, alors que jusqu'à présent le travail dominical dépendait de la demande des clients.

Seriez-vous prêt à travailler le dimanche pour sauver votre entreprise ? La rédaction de RTL vous invite à voter et donner votre avis à la question du jour !

La rédaction vous recommande

Un droit opposable pour venir en aide aux retraités sans pension

Pour éviter la répétition des retards qu'ont connus ces derniers mois plusieurs milliers de nouveaux retraités de Nord-Picardie et du Languedoc-Roussillon, la ministre des Affaires sociales Marisol Touraine a annoncé à l'Assemblée nationale la mise en place "d'un droit opposable à la retraite du régime général".

"Concrètement, dès la rentrée prochaine, et partout en France, tout dossier complet de retraite, déposé quatre mois avant la date prévue de départ à la retraite, devra être traité dans les temps. Si ce n'est pas le cas, les caisses commenceront par verser automatiquement le montant rapidement estimé de la retraite afin d'éviter des situations où les retraités se retrouvent sans aucune ressource", a-t-elle expliqué.

Elle a ajouté que "des mesures de soutien" seraient apportées aux caisses. Et pour que les Caisse d'assurance retraite et de la santé au travail (Carsat) "puissent être au rendez-vous de cette obligation", la ministre s'est engagée "à alléger certaines procédures de liquidation".

La rédaction vous recommande

Nous attendons vos commentaires et vos avis.

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/