1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Islam : Quel est l'objectif du conseil national des imams ?
2 min de lecture

Islam : Quel est l'objectif du conseil national des imams ?

DÉCRYPTAGE- La Grande Mosquée de Paris a annoncé qu'un conseil national des imams va être créé ce dimanche 21 novembre, lors d’une assemblée générale. Au cœur des discussions depuis octobre 2020, voici les objectifs de cette instance.

Des imams lors d'une marche contre le terrorisme en 2017
Des imams lors d'une marche contre le terrorisme en 2017
Crédit : EREZ LICHTEFELD/SIPA
Lison Bourgeois

C'était en octobre 2020, seulement une semaine après l’assassinat par un djihadiste du professeur Samuel Paty. Le Conseil français du culte musulman (CFCM) annonce la création d'une instance pour former les imams en France. 

L'attentat de Conflans-Sainte-Honorine relance donc la question de la formation des imams. Le Conseil français du culte musulman, qui est une association placée sous l’égide du ministère de l’Intérieur, décide de s'emparer de la question. C'est à ce moment qu'est naît l'idée d'un conseil national des imams (CNI). 

Mais, encore aujourd'hui, les représentants musulmans sont toujours divisés sur les contours de cette création. Ce dimanche 14 novembre, le Conseil français du culte musulman (CFCM) et la Grande Mosquée de Paris ont annoncé à tour de rôle la création prochaine de leur propre instance. 
La Grande mosquée de Paris et les trois fédérations qui ont claqué la porte du bureau exécutif du CFCM en mars ont ainsi annoncé que le CNI "sera créé lors d’une assemblée générale le dimanche 21 novembre 2021". De son côté, le CFCM appelle "l’ensemble des instances départementales du culte musulman à se réunir en congrès, le 12 décembre 2021, pour la mise en place effective du conseil national des Imams".

Quels sont les objectifs d'un conseil national des imams ?

Dans un discours prononcé aux Mureaux (Yvelines) le 2 octobre 2020, le président de la République avait fixé un objectif de six mois pour organiser une labellisation des formations, une certification des imams et la rédaction d'une charte des principes républicains, dont le non-respect entraînerait leur révocation.

À écouter aussi

Un rapport sénatorial de 2016 détaille l'origine des imams exerçant dans les 2.500 lieux de culte en France. Selon ce document, ce sont donc 70 % à 80 % d’entre eux qui n'ont pas été formés sur le sol français. Parmi eux, 301 imams sont détachés et financés par des pays étrangers, principalement la Turquie et l’Algérie, selon le rapport.

Dans un court reportage vidéo, France 24 évoque la façon dont certains imams français sont formés. Comme Morgan Gallet qui a  dans un institut cherchant à empêcher la propagation d’une vision radicale de l’islam.

Cependant, ces imams "ne maîtrisent généralement pas la langue française" et leur présence "contribue à pérenniser l’influence su r le culte musulman en France de pays étrangers" selon ce même rapport publié en 2016. "Nous avons décidé de mettre fin à ce système" et "nous allons nous-mêmes former nos imams"avait alors déclaré Emmanuel Macron dans son discours du 2 octobre sur les séparatismes, et particulièrement le séparatisme islamiste radical. 

Dans un communiqué publié le 19 novembre, le CFCM explique que le conseil national des imams aura pour mission de mettre en place "une procédure d’agrément des imams au niveau national en fonction de leurs connaissances religieuses".

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/