2 min de lecture Animaux

Que vont devenir les animaux des cirques et des delphinariums ?

ÉCLAIRAGE - Barbara Pompili a promis des mesures pour la faune sauvage captive dans les cirques et delphinariums. Mais les animaux ne seront pas relâchés.

Un éléphant du cirque Bouglione le 23 octobre 2014 à Paris (illustration).
Un éléphant du cirque Bouglione le 23 octobre 2014 à Paris (illustration). Crédit : BERTRAND GUAY / AFP
Coline Daclin Journaliste

C'est une décision qui bouscule la position de la France sur les animaux sauvages en captivité. Mardi 29 septembre, la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, a annoncé que la présentation d'animaux sauvages dans les cirques itinérants allait être progressivement interdite, tout comme la reproduction et l'introduction d'orques et de dauphins dans les delphinariums.

C'est donc le sort de quelque 500 fauves, quatre orques et une vingtaine de dauphins, sans compter les singes, hippopotames et éléphants, qui va devoir être réglé. Pour ce faire, pas de date déterminée. Barbara Pompili parle d'une échéance de "7 à 10 ans" dans les delphinariums pour "préparer la suite" et d'un changement "dans les années qui viennent" dans les cirques itinérants. "Nous souhaitons prendre le temps pour faire cette transition", a dit la ministre.

La ministre n'envisage pas de relâcher les animaux dans la nature. La mesure serait en effet complexe et son succès incertain, tant les animaux en captivité sont habitués à dépendre de l'homme. 

Des sanctuaires marins pour les orques et dauphins ?

Dans les delphinariums, "l'objectif est clairement d'aller jusqu'à la fermeture au fur et à mesure que les animaux disparaissent", estime le directeur général du parc Astérix, Nicolas Kremer. Puisque seules la reproduction et l'introduction de nouveaux animaux devrait être interdite, les trois parcs du pays pourraient envisager de garder leurs animaux, jusqu'à leur mort. "Mais la durée de vie d'un dauphin peut être longue : notre animal le plus jeune a environ deux ans, le plus âgé 47 ans", explique Nicolas Kremer à l'AFP.

À lire aussi
Les marmottent entrent en hibernation en octobre, pour une période de six mois. animaux
Savoie : des marmottes enterrées vivantes à cause de travaux ?

La ministre a évoqué une autre solution pour les orques et dauphins en captivité : celle de sanctuaires marins. De telles structures existent déjà à l'étranger, c'est notamment la solution qui a été choisie pour relâcher deux bélugas d'un aquarium chinois. Ils ont été placés dans un bras de mer en Islande. Mais le travail de réadaptation des animaux au milieu naturel est long et demande des moyens importants. 

Abandonner l'itinérance pour garder les animaux

Pour les animaux de cirques itinérants, on peut imaginer qu'ils soient redirigés eux aussi vers les quelques sanctuaires et refuges pour animaux sauvages qui existent déjà en France. On peut notamment citer le sanctuaire en construction Elephant Heaven, en Haute-Vienne, ou encore le refuge de l'Arche, en Savoie. La plupart de ces refuges sont toutefois réservés à un accueil temporaire des animaux, et ils sont peu nombreux. 

En octobre dernier, l'association Code Animal avait ainsi lancé une pétition pour la création de telles structures. Elle réclamait également que trois zoos publics soient transformés en structures d’accueil pour la faune sauvage captive. 

Il est également possible que les cirques aient le droit de garder leurs animaux, "à condition que ces circassiens abandonnent l’itinérance", a déclaré Barbara Pompili. En effet, seuls les cirques itinérants sont visés par les dernières annonces de la ministre : les autres spectacles d'animaux ne sont pas concernés. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Animaux Écologie Gouvernement
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants