1 min de lecture Hôpitaux

Propos sur le CHU de Nancy : le directeur de l'ARS Grand Est limogé

Christophe Lannelongue, qui avait estimé que le plan de restructuration au CHU de Nancy allait se poursuivre, a été limogé par le ministère de la Santé.

L'ARS Grand-Est prévoyait de supprimer 598 postes au CHRU de Nancy.
L'ARS Grand-Est prévoyait de supprimer 598 postes au CHRU de Nancy. Crédit : AFP
Ryad Ouslimani
Ryad Ouslimani
et AFP

Sa sortie avait créé un malaise et un tollé alors que les soignants sont sur le front en pleine crise du coronavirus dans les hôpitaux de France. Christophe Lannelongue, directeur de l'Agence régionale de Santé Grand Est, a vu le gouvernement mettre fin à ses fonctions après qu'il a indiqué qu'il n'y avait pas de raison d'interrompre les suppressions de postes au CHRU de Nancy.

"Le directeur de cabinet du ministre de la Santé m'a contacté ce matin (mercredi 8 avril) pour me dire que le gouvernement souhaitait mettre fin à mes fonctions en raison du débat sur le CHU de Nancy", a expliqué Christophe Lannelongue à l'AFP.

"Il y a un malentendu. À aucun moment je n'ai remis en doute la légitimité du ministre (de la Santé) à décider, ce qu'il a fait dimanche puisqu'il a annoncé qu'il y avait bien suspension du projet et que la question serait reprise plus tard", a ajouté a-t-il, expliquant retourner à l'Inspection générale des affaires sociales (IGAS).

Les propos polémiques avaient été tenus vendredi, lors d'une conférence de presse téléphonique. Christophe Lannelongue estimait alors qu'il n'y avait "pas de raison de remettre en cause" le comité interministériel de la performance et de la modernisation de l'offre de soins hospitaliers (Copermo).

À lire aussi
Une infirmière ajuste son masque de protection, dans une unité Covid-19, en France. épidémie
Coronavirus en France : quels sont les départements où le virus semble avoir disparu ?

Ce comité est chargé de piloter la suppression de 174 lits (sur 1.577 en 2018) et de 598 postes au CHRU de Nancy (sur environ 9.000). "Nous aurons quelques semaines de retard mais la trajectoire restera la même", avait-il ajouté. Des propos qui ont suscité l'ire de nombreux élus lorrains, plusieurs écrivant au ministre de la Santé, Olivier Véran.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Hôpitaux Santé Coronavirus
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants