1 min de lecture Alimentation

Pourquoi vous ne trouverez plus de tomates bio françaises en hiver

Depuis le 21 décembre et jusqu'au 30 avril, les légumes d'été (aubergines, concombres, courgettes, poivrons et tomates) qui auront poussé sous serre chauffée ne pourront plus être commercialisés sous le label AB.

Des tomates (illustration)
Des tomates (illustration) Crédit : AFP / Paul J. Richards
Thomas Pierre
Thomas Pierre Journaliste

Fini les tomates bio françaises sur les étales hivernales. Même chose pour les concombres, les aubergines, les courgettes et les poivrons. Depuis le 21 décembre, ces légumes de "saison" ne peuvent plus être commercialisés dans votre supermarché ou chez votre primeur sous le label AB. Et ce jusqu'au 30 avril. 

La raison : une disposition prise cet été par le Comité national de l'Agriculture biologique et qui entend défendre le "respect des cycles naturels et de la saisonnalité ainsi que la réduction au minimum de l’utilisation de ressources non renouvelables". 

"La commercialisation (...) des légumes aubergines, concombres, courgettes, poivrons et tomates avec la qualité biologique est interdite entre le 21 décembre et le 30 avril", indique le CNAB. Les maraîchers peuvent donc continuer de chauffer leur serres en hiver, mais ne peuvent plus vendre leur production comme des légumes issus de l'agriculture biologique pendant cette période. Et ce n'est pas le seul changement prévu. 

7 fois plus de gaz à effet de serre

En effet, dès le 1er janvier 2020, pour les exploitations converties à l'agriculture biologique à compter de cette date, "les producteurs seront soumis à l’obligation d’utiliser uniquement des énergies renouvelables pour chauffer les serres". Une entrée en vigueur au 1er janvier 2025 est prévue pour les "exploitations en conversion ou certifiées AB avant cette date", précise le CNAB. 

À lire aussi
Des enfants mangent dans une cantine scolaire (illustration) éducation nationale
Le gouvernement veut étendre les petits-déjeuners gratuits et la cantine à 1 euro

Une mesure qui fait écho à une étude de l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe), citée par le Parisien, et selon laquelle "une tomate produite sous serre chauffée émettrait sept fois plus de gaz à effet de serre que son équivalent de saison".  

Une décision environnementale qui n'a pourtant pas que des partisans. La Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA) alerte sur les risques de voir les étals un peu plus envahis de légumes bio importés de nos voisins, comme l'Espagne. En 2017, selon des chiffres de l'agence bio, 78 % des tomates issues de l'agriculture biologique et vendues en France provenaient de l'étranger. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Alimentation Bio Loi
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants