1 min de lecture Gouvernement

Pourquoi les "Loups gris" vont-ils être dissous par le gouvernement ?

ÉCLAIRAGE - Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a annoncé la dissolution des "Loups gris", un groupement de fait d'ultranationalistes turcs.

Le drapeau turc (illustration)
Le drapeau turc (illustration) Crédit : Birol BEBEK / AFP
signature paul turban
Paul Turban et AFP

Ce mercredi 4 novembre, le Conseil des ministres va acter la dissolution du mouvement des "Loups gris", un groupement ultra-nationaliste turc, a annoncé ce lundi 2 novembre le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin devant la commission des Lois de l'Assemblée nationale. Il s'agit d'"un groupement de fait particulièrement agressif pour ne pas dire plus", a justifié le ministre. 

Comme l'a confirmé l'entourage de Gérald Darmanin à RTL.fr, "ils n'ont pas le statut d'association, mais il y a plusieurs personnes qui se réunissent régulièrement, qui ont des contacts entre eux, et qui agissent comme s'ils étaient un groupement organisé."

Cette dissolution de ce groupement de fait, comme celui du collectif Cheikh Yassine récemment dissous, permet de verbaliser tout rassemblement qui se ferait au nom de ce groupement de "Loups gris", a précisé Beauvau. 

Plusieurs actions la semaine dernière

La semaine dernière, le groupuscule s'est fait remarquer lors d'incidents entre les communautés turque et arménienne à Décines-Charpieu, près de Lyon. Mercedi 28 novembre, des forces de l'ordre étaient intervenues dans cette ville, haut lieu de la diaspora arménienne, pour empêcher 250 membres de la communauté turque - verbalisés finalement pour non-respect du couvre-feu - d'en "découdre" avec les Arméniens

À lire aussi
coronavirus
Attestation de déplacement : téléchargement, motifs... 3 questions autour de son utilisation

Le même jour, dans la matinée, une rixe avait opposé ces deux communautés sur l'autoroute A7, au niveau du péage de Vienne, faisant quatre blessés, dont un grave. Une inscription "Loups Gris" a par ailleurs été taguée sur le mémorial du génocide et le Centre national de la mémoire arménienne près de Lyon, profanés dans la nuit de samedi à dimanche. 

Ce groupe ultranationaliste, dont le signe de ralliement est un pouce joint au majeur et à l'annulaire, est réputé proche du président turc Recep Tayyip Erdogan, qui s'est récemment interrogé sur "la santé mentale" d'Emmanuel Macron

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Gouvernement Associations Turquie
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants