6 min de lecture Société

Pourquoi la théorie du complot est-elle si attractive?

ÉCLAIRAGE - D'après une étude parue dimanche 7 janvier, seules 21% des personnes interrogées rejettent toute théorie du complot parmi celles qui leur étaient soumises. Huit sur dix croient à au moins une d'entres elles.

Les tours jumelles du World Trend Center à New York s'effondrent le 11 septembre 2001 après avoir été percutées par deux avions de lignes
Les tours jumelles du World Trend Center à New York s'effondrent le 11 septembre 2001 après avoir été percutées par deux avions de lignes Crédit : BIGGART/SIPA
Ceciledeseze75
Cécile De Sèze
Journaliste RTL

Les résultats sont inquiétants. Les thèses conspirationnistes gagnent du terrain dans les esprits des Français, particulièrement chez les jeunes. Selon une enquête de la Fondation Jean-Jaurès et du site Conspiracy Watch publiée dimanche 7 janvier - à l'occasion de l'anniversaire des attentats à Charlie Hebdo - révélée par France Info, huit Français sur dix seraient en adhésion avec au moins une théorie proposée dans l'étude. Des conclusions préoccupantes à l'heure où Emmanuel Macron veut combattre les fake news sur internet.

Pourquoi une telle adhésion à des théories non-officielles ? Certaines d'entre elles sont plus alléchantes que d'autres et reçoivent un accueil particulièrement enthousiaste. L'étude est sortie 3 ans après les attentats de Paris à la rédaction de Charlie Hebdo. Un événement qui a eu droit à son lot de théories non-officielles. Tout comme l'attentat le plus meurtrier du siècle : le 11 septembre 2001.

À lui seul, il rassemble de nombreuses thèses à l'encontre de la version officielle. Parmi elles, le fait que l'attaque n'aurait pas été le fait d'al-Qaïda mais de l'administration Bush elle-même. En 2016, une étude dévoilait que plus d’un Français sur quatre croyait à l’implication du gouvernement américain dans les attaques kamikazes. Pourquoi une telle théorie peut-elle attirer autant de sympathisants ?

À lire aussi
Certaines marques proposent des bonbons aromatisés à l'alcool (photo d'illustration). alcool
Bonbon goût alcool : la Fédération française d’addictologie sonne l’alarme

L'idée de la théorie du complot est de penser, de façon générale, que l'on nous cache la vérité, ou au moins une partie, afin de justifier des actions politiques, internationales, sociétales. Les vidéos internet sur le 11 septembre 2001 ne se comptent plus. Et les contre-vérités non plus.

Des failles qui alimentent les thèses complotistes

L'intervention américaine en Irak en 2003 est controversée, et certains complotistes diront que la traque à la poursuite de Ben Laden est en réalité un prétexte pour aller puiser le pétrole au Moyen-Orient. À l'époque, le chef d'al-Qaïda se cache plutôt dans les montagnes d'Afghanistan et cette invasion américaine sur le sol irakien n'est pas comprise puisque mal expliquée.

À partir de là, les complotistes imaginent que les États-Unis auraient laissé faire. Et autant de questions font leur place dans les esprits, avant d'envahir internet : comment deux avions kamikazes peuvent-ils entrer dans New York City ? Au Pentagone ? Dans la première puissance militaire mondiale ? Comment la troisième tour s'est-elle effondrée toute seule ? Pourquoi les tours sont-elles tombées de cette manière ? Tout cela alors que les familles Ben Laden et Bush sont amies ?

L'article 11-Septembre: et la théorie du complot devint la «vérité» de Slate.fr explique que c'est un ouvrage de David Ray Griffin - "théoricien du mouvement" - qui va être la base de la contestation. Il s'interroge alors sur les zones floues qui persistent dans les documents en lien aux attaques, mis en lumière par ce site qui fait la liste de tous les articles de presse parus sur le sujet et qui visent à démonter la version officielle, et notamment plusieurs alertes à propos de préparation d'attentats qui datent d'avant les événements. 

Et la thèse que les États-Unis auraient pu laisser mourir 2.977 personnes à des fins géostratégiques, est devenue plus sévère : l'Amérique aurait même organisé elle-même les attentats, toujours pour justifier ses interventions militaires et ses mesures sécuritaires anti-terroristes.

Une "défiance" vis-à-vis des médias

"Quand il y a des ratés dans la transparence, ça nourrit l'impression que l'on veut nous cacher quelque chose", analyse Rudy Reichstadt. Pourtant, le directeur du site Conspiracy Watch, explique à RTL.fr que le "11 septembre est un mauvais exemple puisque tout est ouvert"

Ce qui n'empêche pas certains, aujourd'hui, de pousser la fake news jusqu'à essayer de prouver qu'il n'y avait pas du tout d'avions mais des missiles. Des thèses assez adhésives puisque L'Effroyable imposture, du Français Thierry Meyssan, qui défend la théorie d'un missile au Pentagone, a, selon Slate.frtrusté la tête des ventes pendant 6 semaines en 2002.

Le manque de communication ou ces "ratés" (comme pour Tchernobyl ou l'arrêt d'un vaccin au début des années 90), participent à cette impression de non-dits. Et la confiance envers ceux qui délivrent l'information officielle, les médias, est brisée. Mais attention à vouloir trop de transparence. Pour Rudy Reichstadt, c'est une "passion insatiable" qui tend, à outrance, à "sortir de la démocratie et tomber dans une dictature en verre transparent".

Toutefois, le directeur du site d'observation du conspirationnisme et des théories du complot estime qu'il s'agit, en réalité, d'une vision des choses pessimistes ou optimistes. Les différents scandales sanitaires, politiques, sociétaux, peuvent à la fois alimenter les thèses complotistes, ou au contraire, montrer que le système démocratique finit par faire éclater la vérité.

Une théorie psychologiquement séduisante

De nombreux facteurs participent à cet engouement pour les versions marginales. "Globalement, le complotisme c'est la rencontre d'une offre psycho-politique et d'une demande sociale", résume Rudy Reichstadt avant de préciser point par point les différents attraits de ce mouvement. 

D'abord, il y a donc cette défiance à l'égard de la presse, et ce amorcé avec l'essor d'internet et l'émergence de médias pas "traditionnels", ainsi que de sites et de vidéos YouTube tenus par des amateurs et non des journalistes professionnels mais avec une autorité déconcertante. 

Psychologiquement, "il y a un besoin d'unicité, de se sentir unique" et ces vidéos / articles permettent à celui qui l'intègre de se dire "moi je sais la vérité, je ne suis pas un mouton". Ce sentiment est ajouté à un "plaisir cognitif" ressenti "lorsqu'on découvre une théorie qui, tout à coup, a du sens", qui explique des choses inexpliquées, et ce "même si ce récit est manichéen". D'ailleurs, "le manichéisme est propre à cette pensée avec des méchants qui manipulent dans l'ombre", poursuit le spécialiste. Une lecture du monde "facile à comprendre et à retenir, selon lui. Ça rassure."

Enfin, "la théorie du complot c'est un bouclier et un glaive", analyse encore Rudy Reichstadt. Un glaive car c'est "un discours de mise en accusation", et un bouclier car "il protège d'une réalité déplaisante", précise-t-il.

Des "vérités" relayées par des célébrités

Pour reprendre l'exemple du 11 septembre 2001, ces thèses trouvent aussi des échos dans les médias à travers des voix écoutées : celles des stars. On retrouve parmi les célébrités qui ne croient pas à la version officielle américaine celles de Mathieu Kassovitz, Marion Cotillard, Jean-Marie Bigard... Et même un candidat aux présidentielles 2012 et 2017 : Jacques Cheminade.

Si elles donnent "plus de visibilité" aux contenus conspirationnistes, il n'y "a pas d'effet déterminant" sur l'adhésion en tant que telle, selon le directeur de Conspiracy Watch. Ces stars sont, d'une part, "assez isolées" et n'ont pas forcément la légitimité pour s'exprimer sur ces sujets", explique-t-il.

Démonter les fake news, contre-productif ?

Si la confiance envers les médias officiels est rompue, comment les journalistes peuvent-ils combattre ces théories relayant des fausses informations ? Comment la voix officielle accusée de mentir peut-elle informer de manière crédible ? Le fait même que les journalistes démentent une fake news ne la rend-elle pas plus véridique aux yeux d'un complotiste ? S'efforcer à démentir est-il, alors, contre-productif ? "Je ne pense pas", répond Rudy Reichstadt.

Il explique qu'il y a plusieurs paliers d'adhésion. S'il existe des personnes "irrécupérables" qui sont totalement dans l'idéologie du complot, d'autres peuvent encore "être rattrapés par la manche". Pour Rudy Reichstadt, "il faut en parler, il faut essayer de raisonner", conclut-il.

À préciser que dans l'étude menée, l'option "ne se prononce pas" n'a pas été proposée aux personnes interrogées. Cette enquête a été menée sur un échantillon de 1.000 personnes, représentatives de la population française. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société Complot Médias
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7791736101
Pourquoi la théorie du complot est-elle si attractive?
Pourquoi la théorie du complot est-elle si attractive?
ÉCLAIRAGE - D'après une étude parue dimanche 7 janvier, seules 21% des personnes interrogées rejettent toute théorie du complot parmi celles qui leur étaient soumises. Huit sur dix croient à au moins une d'entres elles.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/pourquoi-la-theorie-du-complot-est-elle-si-attractive-7791736101
2018-01-09 19:32:12
https://cdn-media.rtl.fr/cache/Kn3kGzs4bRAxe4Kc2Vi3mg/330v220-2/online/image/2018/0108/7791736291_les-tours-jumelles-du-world-trend-center-a-new-york-s-effondrent-le-11-septembre-2001-apres-avoir-ete-percutee-par-deux-avions-de-lignes.jpg