1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Police : comment le syndicat Alliance a fait pression pour faire réintégrer des policiers radiés
1 min de lecture

Police : comment le syndicat Alliance a fait pression pour faire réintégrer des policiers radiés

Un numéro du magazine "Complément d'enquête" démontre comment le syndicat a fait pression pour revenir sur une décision du ministère de l'Intérieur.

Un homme s'est suicidé ce dimanche à Saint-Brieuc dans les Côtes d'Armor après avoir tué sa fille et sa compagne.
Un homme s'est suicidé ce dimanche à Saint-Brieuc dans les Côtes d'Armor après avoir tué sa fille et sa compagne.
Crédit : AFP / PHILIPPE HUGUEN
Police : comment le syndicat Alliance a fait pression pour faire réintégrer des policiers radiés
00:01:35
Thomas Prouteau - édité par Alexandre Bozio

C'est une affaire qui met en lumière le pouvoir des syndicats de police. Dans un numéro de l'émission Complément d'enquête diffusée ce jeudi sur France 2, il est ainsi révélé comment le syndicat de police Alliance a obtenu la réintégration de deux agents de police condamnés pour violence sur mineur. Autre fait, le ministère de l'Intérieur s'était au préalable opposé à leur retour. 

Les faits évoqués par le reportage datent de 2019 et se sont déroulés dans la ville de Pau. Un mineur alcoolisé avait ainsi été interpellé puis menotté sur un banc à l'intérieur du commissariat de la ville. Excédés par les insultes de l'adolescent, deux agents ont alors explosé et lui ont asséné deux coups de poing et deux coups de pied. Un témoin direct a même déclaré avoir assisté à treize minutes de violence. Après ce passage à tabac, les deux policiers ont écopé de quinze mois avec sursis et ont été radiés de la police. 

Comme le prévoit la loi, ils ont néanmoins demandé leur réintégration, mais cette requête a été fermement refusée par le ministère de l'Intérieur au nom de la réputation de la police. Mais le syndicat Alliance a finalement obtenu gain de cause et les deux policiers ont été réintégrés. Une décision que le Secrétaire Général du syndicat, Fabien Vanhemelryck, a justifié au micro de Complément d'enquête : "Bien sûr qu'ils ont leur place. Tout simplement parce que justement, ils ont été sanctionnés. En effet, ce qu'ils ont fait, ce n'était pas nécessaire, en effet, c'était condamnable et ils ont été condamnés, en effet, nous nous devions de les défendre". 

Le ministère a de son côté justifié son revirement en expliquant qu'il s'agissait d'un acte isolé et de policiers bien notés. 

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire