3 min de lecture Écologie

Netflix, YouTube... Le streaming vidéo représente 1% des émissions de CO2

Les plateformes de streaming vidéo en ligne sont à l'origine d'1% des émissions mondiales de CO2. Un chiffre qui pourrait croître dans les années à venir.

tortue- La minute verte Jean-Mathieu Pernin iTunes RSS
>
Netflix, YouTube... le streaming vidéo représente 1% des émissions de CO2 Crédit Image : Martin BUREAU / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
micro générique
Jean-Mathieu Pernin édité par Noé Blouin

Les vidéos en ligne représenteraient 1% du total des émissions de CO2 dans le monde. L’arrivée de nouveaux sites de streaming devrait encore faire progresser ce chiffre. YouTube, Amazon, Netflix, émettraient 300 millions de tonnes de CO2 par an soit l’équivalent d’un pays comme l’Espagne.

Et je tiens à vous le dire, ce n’est pas parce que l’on regarde la Casa de Papel, une série sur Netflix 100% espagnol que l’on compense. Ces chiffres affolants, révélés par Sandvine une société canadienne spécialisée dans les réseaux internet, montent que le streaming vidéo, c’est-à-dire les vidéos que l’on n'a pas besoin de télécharger, qui sont en diffusion continue, représentent 60,6% du trafic sur le web.

Alors que l’on pensait, avec le numérique, s’être débarrassé du transport polluant du DVD fabriqué à l’autre bout du monde, s’installer devant sa télévision, avec son croustichaud ou autres régalades est un acte très polluant. Cette étude vient corroborer des chiffres déjà énoncés par Shift project, un groupe de recherche français en juillet dernier. Le streaming est dématérialisé mais il faut des machines pour les diffuser, très gourmande en énergie, voilà le souci.

Ne pas voir la fin de "Stranger Things" pour sauver la planète

Les plus gros émetteurs de CO2 dans le domaine, ce sont les vidéos à la demande par abonnement type Netflix ou Amazon : un gros catalogue plus une fonction qui vous permet de vous goinfrer en enchaînant les épisodes, ce type de plateforme c’est 102 millions de tonnes de CO2. Ensuite selon Shift project, ce sont les vidéos pornographiques, 82 millions de tonnes de CO2 émises, très étrange alors que personne ne les regarde. Bizarre.

Les vidéos virales que l’on s’échange sur les réseaux sociaux n’échappent pas à la sanction verte et sont également très énergivores. Pensez-y en partageant une photo de chat clignotant dans un gros cœur.

À lire aussi
Des chevaux de race ardennaise tractent la benne à ordures. déchets
Charleville-Mézières : des chevaux remplacent les camions-poubelles

Les grandes entreprises essayent de se fournir en énergie propre ou de limiter la chaleur émise par leurs serveurs, mais en attendant, à part la responsabilisation de chacun, ralentir sa consommation de CO2 semble impossible. On pourrait ne pas regarder la fin de Stranger Things, mais moi-même je n’y crois pas !

De plus, d’ici quelques mois de nouvelles plateformes vont arriver. Celles de Disney et Apple avec leurs nouvelles séries budgétées des millions de dollars. Pour l’instant pas une seule ne parle du réchauffement climatique, quand on connaît trop bien le sujet, on n'est pas vraiment inspiré.

Le plus : les vers de terre menacés par le changement climatique

Êtes-vous anthelmophobe ? Cette nouvelle va peut-être vous plaire, les vers de terre seraient climato-sensible . La revue américaine Science relaye une étude qui s’inquiète pour les lombrics. Grâce à leurs galeries, ils aèrent les sols et grignotent les débris organiques, ils sont essentiels. Très à l’aise dans les terres mouillées, les scientifiques s’inquiètent de la baisse des précipitations fatales pour les vers de terre, à suivre.

La note : 16/20 pour une péniche ramasseuse de plastique

Elle répond au doux nom d'Interceptor, marche à l’énergie solaire et peut ramasser jusqu’à 50 tonnes d’ordures par jour. Objectif ? Nettoyer 1.000 rivières les plus polluées au monde, notamment en Asie et Afrique, d’ici cinq ans contribuant à 80% de la pollution plastique mondiale. À l’intérieur du bateau, une fois avalé le plastique, il est mis dans des bennes qui sont ensuite mises à la disposition du pays où se déroule l’opération. Interceptor bientôt sur Netflix ? On tient peut-être quelque chose.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Écologie Pollution Youtube
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants