1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Marseille : des résidents de HLM manifestent contre la hausse des prix de l'énergie
2 min de lecture

Marseille : des résidents de HLM manifestent contre la hausse des prix de l'énergie

A Marseille, les locataires de plusieurs cités de HLM manifestent ce mardi 24 janvier pour se plaindre de la flambée des prix de l’énergie.

Une facture d'électricité (illustration)
Une facture d'électricité (illustration)
Crédit : PHILIPPE HUGUEN / AFP
Etienne Baudu - édité par Sarra Djeghnoune

À Marseille, les résidents de plusieurs cités de HLM manifestent ce mardi 24 janvier 2023 à cause d'un courrier reçu dans leur boîte aux lettres, les informant que le prix de leur facture d'électricité allait être multiplié par trois cet hiver. 297%, c'est inscrit sur le prospectus. C'est évidemment une catastrophe pour tous les locataires présents. Ils viennent de toutes les résidences de Marseille gérées par HMP (habitat Marseille Provence) dont la tutelle administrative est la métropole.

Cette flambée des charges fragilise des habitants déjà précarisés. C'est le cas de Nathalie, 57 ans qui avait pu au bout de 7 ans trouver un logement à loyer modéré en décembre dernier. "Au mois de décembre, je signe mon bail, 90 euros de chauffage, je trouvais que c'était déjà excessif mais bon je me suis dit qu'après tout je vais faire avec. Quinze jours après je reçois une lettre de la HMP me disant que le chauffage augmente de 114 euros. Je paie au total 204 euros à l'heure actuelle", détaille-t-elle. "Personne ne m'a averti, le logement me coûte 440 euros de loyer et de charge, je paie 300 euros, dont 204 euros de chauffage. Je paie bientôt plus de charge que de loyer", poursuit-elle.

Et la détresse des locataires est bien réelle, Abdelmalek lui loue un T4. "J'était à 76 euros et ils m'ont rajouté 177 euros, je dois payer 253 euros sur l'année 3.030 euros. Ce n'est pas que je ne veux pas les payer, je ne peux pas. Je dois choisir ou la nourriture ou le chauffage", explique-t-il.

Les HLM sont pourtant bien éligibles au bouclier tarifaire, avec une hausse limitée à 15 %. Ce matin, les associations de locataires ont été reçues au siège social contre l'avis du bailleur. Une décision a été prise. "Payer vos loyers, charges comprises comme en 2022 mais de ne pas appliquer les charges pour 2023. Le bouclier tarifaire ne savent pas comment l'utiliser puisqu'ils ne l'ont pas appliqué. L'échéance du bouclier c'est le 1er février, à partir de là ça risque d'être difficile", explique Guy Lucchesi, de la CLCV, la confédération du logement et du cadre de vie.

Les associations prévoient également d'interpeller les élus locaux, la présidente de la métropole et le préfet pour débloquer une situation totalement désastreuse.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

pub
Flash Actu