1. Accueil
  2. Actu
  3. Débats et société
  4. Maltraitance animale : "Il y a un gros retard de la France", estime un spécialiste
2 min de lecture

Maltraitance animale : "Il y a un gros retard de la France", estime un spécialiste

INVITÉ RTL - Le porte-parole de la Fondation Brigitte Bardot salue la nouvelle proposition de loi mais regrette qu'elle se limite aux animaux de compagnie.

Un chien et un chat (illustration)
Un chien et un chat (illustration)
Crédit : JOSEPH EID / AFP
Maltraitance animale : "Il y a un gros retard de la France", estime le spécialiste Christophe Marie
24:25
Maltraitance animale : "Il y a un gros retard de la France", estime le spécialiste Christophe Marie
24:25
RTL Midi -  Christelle Rebière
Christelle Rebière
Animateur

Près d'un Français sur deux possède un animal de compagnie, et pourtant 100.000 chiens et chats sont abandonnés chaque année en France. La proposition de loi relative à la lutte contre la maltraitance animale est examinée à l'Assemblée nationale ce mardi 26 janvier

Christophe Marie, porte-parole de la Fondation Brigitte Bardot se félicite de cette actualité : "Il y a un gros retard de la France sur la condition animale au niveau de l'U.E et cette proposition de loi amorce un début de changement. Ce retard doit être comblé. La loi ne vise que les animaux de compagnie mais pas les animaux sauvages captifs ou victimes de la chasse et des élevages intensifs. Il y a des options intéressantes qui doivent aboutir", explique-t-il. 

La PPL instaure un certificat de sensibilisation pour les futurs propriétaires d'animaux de compagnie notamment concernant l'obligation de soin : "Près de 80% des cessions d'animaux se fait par des sites en ligne, c'est un vrai problème parce que comment voulez vous informer les futurs acquéreurs. Nous on demande à interdire ces ventes en ligne. On se rend compte que 75% des annonces sur Leboncoin sont frauduleuses. Il faut des mesures plus strictes, notamment sur les animaleries", détaille Christophe Marie.

Certains dossiers absents de la PPL

"Les animaleries c'est une démarche qui se fait sur le coup de cœur. Les gens passent à côté et repartent avec un animal. Ce phénomène entraîne énormément d'abandons et peut cacher des réseaux. Quasiment toutes les animaleries quai de la mégisserie ont été fermées et c'est tant mieux", se félicite le porte-parole.

À lire aussi

Pour autant, Christophe Marie estime que la proposition de loi ne va pas assez loin sur d'autres sujets pourtant plébiscités par les Français : "Ces dossiers qui fâchent ne font pas consensus au Parlement alors qu'ils font largement consensus au niveau de la société. Plus de 80% des Français sont pour l'interdiction de la chasse à courre, pour l'interdiction de l'élevage en cage, et pour l'étourdissement au moment de l'abattage rituel. Il va falloir que ces demandes soit entendues, mais cette proposition de loi entame déjà quelque chose".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/