1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Listes communautaires : "La République est au-dessus de tout", dit le chef des démocrates musulmans
1 min de lecture

Listes communautaires : "La République est au-dessus de tout", dit le chef des démocrates musulmans

INVITÉS RTL - Éric Pouillat, député LaREM de la Gironde et Jean Preau, secrétaire général de l’UDMF (union des démocrates musulmans français) débattent de l'interdiction ou non des listes communautaires.

Une personne glisse un bulletin dans une urne lors d'une élection (illustration)
Une personne glisse un bulletin dans une urne lors d'une élection (illustration)
Crédit : LOIC VENANCE / AFP
Listes communautaires : "La République est au-dessus de tout", dit le chef des démocrates musulmans
08:40
Listes communautaires : "La République est au-dessus de tout", dit le chef des démocrates musulmans
08:40
Yves Calvi

Faut-il interdire les listes communautaires ? "Ce n’est pas au gouvernement de décider qui a le droit de se présenter ou non", a indiqué l'entourage d'Édouard Philippe. Du Rassemblement national aux écologistes, des voix s'élèvent. Une proposition de loi va être déposée pour contrer ce qui est "une forme de sécession", selon son auteur, le sénateur Les Républicains Bruno Retailleau. 

L'Union des démocrates musulmans français, est un "parti laïque créé en 2012" qui "représente les couches les plus défavorisées de la population dont les parties les plus visibles sont les musulmans", indique Jean Preau, secrétaire général de l’UDMF. "Nous ne sommes pas religieux", précise-t-il.  

Des éléments "interpellent" Éric Pouillat, député En Marche de la Gironde. L'UDMF "distingue les Français entre eux, entre ceux qui appartiennent à une forme de communauté par une confession, une origine culturelle", note-t-il. Aussi, le parti dit qu'il est "laïque alors que le président de ce parti souhaite une remise en cause de la loi de 1905 (sur la laïcité), une volonté de vouloir transformer notre modèle social, ce qui fait la République" notamment "la question de la religion", a-t-il ajouté. 

Il faut avancer sur la neutralité des élus

Éric Pouillat, député LaREM de Gironde

"Je ne pense pas" que la liste UDMF "devrait être interdite, estime Éric Pouillat, dans le sens où je suis là pour combattre ces idées sur le plan politique". "Je défends l'idée de la République d'une seule communauté, d'une seule culture dans laquelle il y a tout qui se mélange", confie le député. "Je pense qu'il faut avancer sur la neutralité des élus, sur le contrôle de l'égalité parce que demain avec peut-être des listes comme celle-ci on sera confronté à des problèmes de décisions politiques, qui seront peut-être à l'encontre des valeurs républicaines", précise-t-il. 

À lire aussi

"La République est au-dessus de tout" répond Jean Preau à Éric Pouillat qui lui demande "considérez-vous que les lois de la République sont au-dessus des lois de Dieu ?". 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/