1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Les infos de 8h - Isère : ils travaillent deux fois plus pour empêcher la fermeture de leur usine
2 min de lecture

Les infos de 8h - Isère : ils travaillent deux fois plus pour empêcher la fermeture de leur usine

L'usine FerroPem de Livet-et-Gavet, en Isère, pourrait fermer ses portes. Pour empêcher cela, les ouvriers ont décidé de travailler deux fois plus, dans le but de démontrer à leurs dirigeants qu'ils font preuve de compétitivité.

Une usine. Photo d'illustration.
Une usine. Photo d'illustration.
Crédit : CHANDAN KHANNA / AFP
Le journal RTL du 04 juin 2021
11:53
Les infos de 8h - Isère : pour empêcher la fermeture de leur usine, les ouvriers travaillent deux fo
11:53
Serge Pueyo

C'est une usine qui a plus d'un siècle d'existence, dans l'Isère. Elle est coincée entre les montagnes, au sud de Grenoble et fabrique du silicium, un métal utilisé dans les batteries et les téléphones portables. L'entreprise devrait fermer, la décision a été prise. Mais les salariés ne baissent pas les bras, au sens propre.... Depuis quelques mois, ils travaillent deux fois plus pour prouver à leurs dirigeants, qu'à leurs yeux cette décision de mettre la clé sous la porte, n'a aucun sens. Le contraire de la grève pour sauver son boulot.

Devant l'usine FerroPem de Livet-et-Gavet, pas de pneus en feu, pas d'ouvriers qui menacent de faire sauter le site. Pour tenter de sauver les 129 emplois menacés, tous ont décidé de travailler encore plus pour montrer à leurs dirigeants que l'entreprise est rentable. Cédric Aronica travaille depuis 17 ans à FerroPem. "Il faut relever les manches et puis y aller. On travaille énormément en ce moment, on montre qu'on est compétitifs, que l'usine est viable et qu'ils se sont trompés, tout simplement. Sur les trois derniers mois, on a fait pas mal de bénéfice. La production a été bonne, le métal qui sort est bon et le prix de revient montre que l'on est compétitifs. C'est pour ça que l'on ne baissera pas les bras."

"On les a pris à contre-pied"

Mourad Moussaoui, responsable du syndicat Force ouvrière (FO) de l'usine, renchérit de son côté : "Imaginez, on aurait fait un choix tout autre, on aurait décidé de casser l'usine, de faire la grève... Tout ce que l'on a prouvé à tout le monde, on n'aurait pas pu le prouver. On serait passés à côté de quelque chose de géant et ça serait dommage car ils aurait pu dire 'Vous avez vu, tout ce que l'on a dit c'est vrai'. Mais là, ils peuvent plus le dire. On les a pris à contre-pied." Le combat de FerroPem n'est pas encore gagné. Une fermeture du site transformerait la vallée de la Romanche en vallée morte.

À écouter également dans ce journal

Nord - Ce vendredi, à Lille, aucun bus ni tramway ne circule dans la métropole. La ligne 2 du métro est également perturbée à cause d'une grève des agents du réseau.

À lire aussi


Faits-divers - Ce jeudi, à Metz, un homme a tiré sur sa femme avant de retourner l'arme contre lui. Il est décédé, son épouse est hospitalisée dans un état grave. Elle avait porté plainte il y a quelques années, contre lui, pour violence. Le couple, qui a trois enfants, était en instance de divorce.

Intempéries - Une partie du pays est encore sous la pluie et les orages, ce vendredi. Des dégâts ont été observés, en Seine-et-Marne, à Thieux.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/