1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Démission silencieuse : "La vie ce n'est pas le travail", confie une employée
2 min de lecture

Démission silencieuse : "La vie ce n'est pas le travail", confie une employée

Une nouvelle tendance se dégage dans le monde du travail, la "démission silencieuse". Mia et Luna, deux femmes trentenaires, assument faire le strict minimum au travail.

Une réunion de travail (illustration)
Une réunion de travail (illustration)
Crédit : RTL
Les infos de 5h - Travail : ces employés qui se vantent de faire le minimum
00:09:59
Le journal RTL de 5h du 30 août 2022
00:09:59
Vincent Serrano - édité par Nicolas Barreiro

Le phénomène prend de plus en plus d'ampleur depuis le début de la pandémie : la "démission silencieuse". À l'heure où les patrons ont du mal à embaucher, il leur est difficile de se séparer des ces employés qui font le minimum et qui l'assument, en se vantant sur les réseaux sociaux. Cette tendance touche surtout les plus jeunes pour lesquels il n'y a pas que le travail dans la vie.

Dans le quartier de la Défense, c'est d'un pas tranquille que Mia et Luna quittent l'immense immeuble où elles sont salariées. Depuis plusieurs mois, elles prennent soin de partir à la minute près mais surtout de laisser derrière elles tout ce qui leur fait penser au travail : téléphone, ordinateur… Elles rigolent à gorge déployée lorsqu'on évoque avec elles la démission silencieuse et pour cause, elles sont en plein dedans. 

"On m'a vendu quelque chose pour le poste et finalement, ça ne correspondait pas à ce à quoi je m'attendais donc je n'ai pas la motivation de travailler en y investissant toute mon énergie, toute ma motivation", se justifie l'une d'entre elle. "On ne se sent pas assez valorisé et donc on essaie de faire le minimum, ce pour quoi on est payé. Tant qu'on ne nous donne pas plus, on ne va pas faire plus", ajoute-t-elle.

"La vie ce n'est pas le travail, il y a des choses à côté", poursuit la jeune employée. "C'est important la vie de famille, la vie privée". Lorsqu'on lui demande pourquoi ne pas démissionner, elle répond : "C'est l'option de facilité. Pour l'instant, tant qu'on est salarié, on met de l'argent de côté et après on sait qu'on pourra être son propre patron, avoir nos propres horaires". Le travail est ainsi devenu alimentaire pour ces deux trentenaires qui savent aussi que leur employeur a du mal à recruter en ce moment.

À écouter également dans ce journal

Climat - La Première ministre Elisabeth Borne a demandé aux entreprises de réduire rapidement leur consommation d'énergie de manière à éviter des mesures de "rationnement".

Enseignants - À deux jours de la rentrée scolaire, le manque de professeurs continue de se faire ressentir. Près de 3.000 contractuels ont été embauchés, après avoir été formés en seulement quatre jours.

Affaire Pogba - L'international français visé par une tentative d'extorsion a confié aux enquêteurs avoir versé des dizaines de milliers d'euros ces derniers mois à d'anciennes fréquentations qui le feraient chanter. 

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire