1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Les infos de 18h - Cause palestinienne : à Paris, des heurts malgré l'interdiction de manifester
2 min de lecture

Les infos de 18h - Cause palestinienne : à Paris, des heurts malgré l'interdiction de manifester

REPORTAGE - Plusieurs centaines de manifestants se sont rassemblés samedi 15 mai en début d'après-midi à Barbès, mais 4.200 policiers les attendaient pour les disperser tout au long de l'après-midi.

Non autorisée, la manifestation de soutien à la cause palestinienne a été dispersée par les policiers, samedi 15 mai 2021 à Paris
Non autorisée, la manifestation de soutien à la cause palestinienne a été dispersée par les policiers, samedi 15 mai 2021 à Paris
Crédit : GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
Le journal RTL de 18h du 15 mai 2021
23:23
Le journal RTL de 18h du 15 mai 2021
23:23
Les infos de 18h - Cause palestinienne : à Paris, des heurts malgré l'interdiction de manifester
17:37
Nicolas Burnens - édité par Louis Chahuneau

Les manifestations en soutien au peuple palestinien organisées ce samedi en France ont connu des sorts bien différents. Elles se sont déroulées dans le calme dans la plupart des villes, mais pas à Paris où le rassemblement avait été interdit, des centaines de personnes ont bravés l'interdiction que la police a fait respecter. 

Plus de 4.000 hommes avaient été mobilisés. Résultat des tensions et des incidents. Dans le quartier de Barbès, de petits groupes de manifestants ont tenté de se former dans les ruelles, immédiatement dispersés par les policiers, qui ont chargé, repoussé les manifestants avec leurs boucliers vers le boulevard principal.

Drapeau palestinien sur les épaules, Mohammed est dégoûté : "Ils nous interdisent de nous exprimer, nous on est là pour apporter notre soutien, leur montrer qu'on est avec eux coûte que coûte malgré la distance. Mais ces gens-là, ils ne veulent pas nous laisser les supporter. Nous rentrer dedans comme ça gratuitement, on n'éteint pas du feu avec le feu."

"J'ai honte d'être Française"

Sur place, la tension monte, le canon à eau s'avance, asperge les manifestants pour les faire reculer, des projectiles suivis de gaz lacrymogènes traversent le ciel. Des toiles de marché sont démontées pour servir de bouclier. 

À lire aussi

Des barricades montées à la hâte avec des barrières de chantier, Lucile ne veut rien lâcher "J'ai honte d'être Française. On est un des seuls pays à avoir interdit une manifestation pacifique pour qu'un massacre s'arrête, notamment celui des enfants. Ils essayent de nous faire peur, mais c'est ridicule et c'est criminel. La France a choisi son camp et la France est complice. Il ne faudra pas que l'Histoire l'oublie. Restons mobilisez et on sera là la prochaine fois", ajoute-t-elle.

Entre deux averses de pluie, la situation se tend puis redescend quelques minutes plus tard, alors que ce soir le calme n'est toujours pas revenu dans le quartier.

À écouter également dans ce journal

Meurtre de Marjorie - Le meurtrier présumé de Marjorie, 17 ans, est en garde à vue après avoir poignardé l'adolescente vendredi 14 mai dans la cité Hoche, à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne). Elle était venue défendre sa petite soeur, victime de harcèlement sur les réseaux sociaux.

Tueur des Cévennes - Valentin Marcone a été placé en garde à vue pour "assassinat" vendredi 14 mai après s'être rendu aux gendarmes en début de soirée. Auditionné depuis ce samedi, il est accusé d'avoir tué son patron et un collègue dans une scierie du village des Plantiers (Gard) mardi 11 mai.

Coronavirus - 20 millions de Français ont été vaccinés contre le coronavirus (première dose), annonce Emmanuel Macron. Prochain objectif du gouvernement : 30 millions de vaccinés le 15 juin.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/