1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Double meurtre dans les Cévennes : quelles sont les zones d’ombres de l'enquête ?
2 min de lecture

Double meurtre dans les Cévennes : quelles sont les zones d’ombres de l'enquête ?

Préméditation des meurtres, caches d'armes, Valentin Marcone, le tueur présumé de deux hommes dans une scierie du Gard mardi 11 mai, doit maintenant répondre aux nombreuses interrogations des enquêteurs. Son audition a débuté ce samedi 15 mai.

Un hélicoptère survolant la zone de recherche pendant la traque de Valentin Marcone, le 12 mai 2021
Un hélicoptère survolant la zone de recherche pendant la traque de Valentin Marcone, le 12 mai 2021
Crédit : CLEMENT MAHOUDEAU / AFP
louis
Louis Chahuneau
Journaliste

Après la traque, vient le temps des questions. Valentin Marcone, 29 ans, soupçonné du double meurtre de son patron et d'un collègue mardi 11 mai dans une petite scierie des Plantiers (Gard) où il travaillait, s'est rendu à une patrouille de gendarme après quatre jours et trois nuits de traque dans la forêt des Cévennes. Son audition a débuté ce samedi 15 mai.

Plus de 300 gendarmes, huit hélicoptères, des caméras infrarouges et des brigades cynophiles ont été mobilisées pour retrouver le fugitif, mais c'est lui-même qui s'est rendu vendredi 14 mai vers 19h. Visiblement exténué, il aurait déclaré aux gendarmes : "Excusez-moi, je me rends", selon le quotidien Midi libre.

L'homme de 29 ans, marié et père d'une petite fille, était considéré comme particulièrement dangereux. Inscrit dans un club de tir sportif de Lozère, il possédait à son domicile une douzaine d'armes à feu et plus de 3.000 munitions. 

Où sont les armes ?

Les gendarmes redoutaient notamment qu'il fasse feu, à distance, sur les forces de l'ordre, dans un milieu sauvage qu'il connaît particulièrement bien. "Les différents chiens avaient marqué la zone dans laquelle nous l'avons retrouvé. Nous sommes sans doute passés à côté plusieurs fois ces derniers jours", a détaillé Arnaud Browaëys, le commandant des opérations.

À lire aussi

En revanche, Valentin Marcone s'est rendu sans ses armes. Les enquêteurs savent pourtant qu'il était repassé chez lui après la fusillade pour récupérer plusieurs armes. Il aurait en revanche indiqué aux gendarmes où il les a laissées : "Nous savons parfaitement les armes qu’il avait en sa possession. Elles vont être recherchées. Valentin Marcone a commencé à nous donner des indications pour aller les récupérer", a déclaré le colonel de gendarmerie Laurent Haas.

Combien de cibles ?

Placé en garde à vue pour "assassinat", il devra répondre à de nombreuses questions aux enquêteurs, notamment sur la notion de préméditation. Avait-il prévu de tuer son employeur, à qui il reprochait de ne pas lui avoir payé des heures supplémentaires ? Selon les premiers éléments de l'enquête, il lui aurait tiré deux balles dans la tête à la suite d'une simple remarque de son patron, à qui il n'aurait pas dit bonjour. Un collègue a tenté de s'interposer et a également été abattu. 

Valentin Marcone avait-il prévu d'autres cibles ? Selon l'actuel maire des Plantiers, Bernard Mounier, cité par France info, les enquêteurs avaient identifié trois autres cibles potentielles du tueur présumé : l’ancien maire des Plantiers, le procureur d’Alès et un magistrat. Elles avaient toutes les trois été placées rapidement sous protection en milieu de semaine.

Quel profil psychologique ?

En effet, Valentin Marcone avait déposé plusieurs plaintes contre des personnes, dont certaines ont été classées sans suite. Il faisait lui-même l'objet de poursuites, d'après le procureur d'Alès, François Schneider.

La personnalité du jeune père de famille intrigue également les enquêteurs. Passionné d'armes à feu, Valentin Marcone avait échoué à rejoindre les tireurs d'élite de l'armée en raison de problèmes de vue, incompatibles avec le métier. Décrit comme très solitaire par les riverains, il avait également une "personnalité très particulière, très procédurière" et un comportement de "type paranoïaque" depuis quelque temps, selon François Schneider.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/