2 min de lecture Carburants

"Gilets jaunes" : "Peut-être la naissance d'un mouvement 5 étoiles", dit Alain Duhamel

Selon l'éditorialiste, ce mouvement contestataire spontané est l'expression d'une triple crise territoriale, sociale et politique pour une partie de la population française.

Calvi-245x300 6 minutes pour trancher Yves Calvi
>
"Les gilets jaunes, c'est peut-être la naissance d'un mouvement 5 étoiles", dit Alain Duhamel Crédit Image : CHARLY TRIBALLEAU / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
La Semaine Politique - Duhamel
Alain Duhamel et Camille Kaelblen

Le mouvement spontané des "gilets jaunes" peut-il durer ? Selon Jean Viard, sociologue à Sciences Po et au CNRS, qu'elles s'inscrivent ou non dans le temps, ces manifestations sont avant tout le signe d’un malaise plus profond.

"Dans tous nos pays démocratiques, le grand périurbain est en crise par rapport à la puissance nouvelle des métropoles", analyse-t-il. "Les gens de la classe travailleuse étaient des gagnants, ils sont aujourd'hui des perdants. Et si on n’y fait pas attention, si on ne met pas en place des politiques horizontales multiples, ces gens-là se sentiront en dehors du film", prévient Jean Viard.

Pour Alain Duhamel, cette crise nouvelle s’explique par trois ruptures simultanées : "Une rupture territoriale, une rupture sociale - une fraction de la population dont les perspectives sont contraires aux enseignements qu’on lui a donnés pendant 50 ans et qui se sent flouée - et enfin une rupture politique", développe-t-il. Il lit d'ailleurs dans ces manifestations la naissance possible d’un mouvement 5 étoiles à l’italienne.

"Le gouvernement n'a pas de réponse cohérente"

Dans cette France coupée en deux, on imagine d’ailleurs possible un solide affrontement entre les deux camps. "Il y a eu 400 blessés, donc cela veut bien dire qu’entre ceux qui étaient dans leur voiture et ceux qui étaient dans la rue, il y avait un rapport de violence", rappelle Jean Viard.
Or, face à ce mouvement, le gouvernement "n’a pas de réponse cohérente et logique", analyse Alain Duhamel. Pour lui, il aurait par exemple fallu que le gouvernement entame des négociations intenses avec les représentants des territoires - maires, présidents de départements et de régions.

Une taxe compensatoire pour aider les plus modestes

À lire aussi
Des pompes à carburants (illustration) le journal
Les infos de 12h30 - Pénurie de carburant : quelle est la situation en France ?

Pour Jean Viard, les pouvoirs publics devraient davantage s'intéresser à la réduction des inégalités. “Depuis que ce gouvernement est au pouvoir, les 20% de Français aux revenus les plus modestes ont plutôt perdu de l’argent. Or une politique publique ne peut pas faire que les plus fragiles soient encore plus fragiles”, estime de son côté Jean Viard.
Pour tenter de remédier à cette crise, Alain Duhamel est favorable à la mise en place "d’un système de taxe compensatoire pour une fraction de la population", comme le réclamait d’ailleurs Laurent Berger au micro de RTL lundi 19 novembre. "C’est coûteux, mais ce serait socialement légitime et politiquement indispensable", estime l’éditorialiste.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Carburants Manifestations Société
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants