2 min de lecture Orthographe

Le nombre 80 : sa passionnante histoire... et ses pièges

Le nombre 80 est passionnant, nous révèle Muriel Gilbert, qui commence par nous expliquer pourquoi ne dit-on pas huitante ou d’octante.

Un bonbon sur la langue - Un bonbon sur la langue Muriel Gilbert iTunes RSS
>
Le nombre 80 : sa passionnante histoire... et ses pièges Crédit Image : DR | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Muriel Gilbert
Muriel Gilbert édité par Louis Rigaudière

Aujourd’hui, amis des mots, je vais vous parler du nombre 80. Car figurez-vous que ce nombre est passionnant à bien des titres. D’abord, pourquoi diable dit-on quatre-vingts au lieu de huitante ou d’octante, comme on le dit en Suisse, en Belgique et dans quelques régions de France, sur le modèle de quarante, cinquante, soixante ?


Eh bien figurez-vous que personne ne le sait avec certitude. On pense qu’il s’agit d’un vestige d’une très ancienne façon de compter, héritée des Celtes. Nous nous appuyons aujourd’hui sur un système que l’on qualifie de "décimal", mot dérivé du latin decimus, "dixième" (on dit parfois "un système en base 10"), que nous avons sans doute choisi parce qu’il était bien commode de compter sur nos dix doigts. Mais les Celtes, semble-t-il, comptaient en base 20.

Parce qu’ils comptaient les doigts de pied ? Ce n’est pas impossible ! En tout cas, cette façon de compter aurait influencé les Gaulois, et au Moyen-Âge, on comptait par vingt. On disait par exemple : vingt-dix au lieu de trente, deux vingts au lieu de quarante, et l’on voit bien que quatre-vingts et quatre-vingt-dix sont tout à fait logiques dans cette suite.

Gare au S

Ce n’est qu’à la fin du Moyen-Âge qu’apparaissent les trente, quarante, cinquante, etc. et sans doute les deux systèmes se sont-ils joyeusement entremêlés, jusqu’à ce qu’ils se figent dans leur étrange posture actuelle, qui n’a, il faut bien le reconnaître, rien de logique. Mais 80 pose une aussi des questions quand il s’agit de l’écrire.

À lire aussi
Le stylo, outil indispensable de l'écolier orthographe
Faut-il écrire "car" ou "parce que" ?

Je corrige très souvent la faute qui consiste à oublier le s à vingt. Quatre-vingts c’est quatre fois vingt, donc vingt prend un s : quatre-VINGTS. Et tenez, le célèbre hôpital des Quinze-Vingts, à Paris, spécialisé en ophtalmologie, s’écrit lui aussi avec un S à vingt. En fait, son nom fait référence au nombre des lits au moment de sa création par Saint-Louis, au XIIIe siècle : 15 X 20 lits, quinze-vingts, c’est-à-dire 600 !

Alors, pourquoi tout le monde oublie-t-il le S de 80 ? Eh bien, parce qu’il y a quantité de cas où il n’en faut pas. Notamment quand quatre-vingts est suivi d’un autre chiffre : quatre-vingt-deux, quatre-vingt-dix, quatre-vingt-dix-neuf, etc., pas de s à vingt.

Petit conseil en cas de doute

Donc quand ce n’est pas quatre-vingts tout rond, pas de s à vingt ! Quatre-vingt mille, pas de s à vingt non plus, mais attention : quatre-vingts millions, ou quatre-vingts milliards, s à vingt. Pourquoi ? Parce que million et milliard, à la différence de mille, sont des noms, et non des nombres (la preuve : on dit "un million, un milliard", pas "un mille").

Mon truc, si vous hésitez ? Le site Leconjugueur.lefigaro.fr : vous saisissez dans la petite case en haut à gauche le chiffre qui vous tarabuste, vous envoyez et vous obtenez son orthographe précise, s compris. Youpi.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Orthographe langue française Mots
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants