1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. La gratuité de la contraception pour les moins de 26 ans est-elle vraiment appliquée ?
2 min de lecture

La gratuité de la contraception pour les moins de 26 ans est-elle vraiment appliquée ?

Depuis le 1er janvier, la contraception est censée être gratuite pour toutes les femmes de moins de 26 ans. Un mois après la mise en place de la loi, pourquoi certaines jeunes femmes payent-elles encore leur contraception ?

Plaquettes de pilules contraceptives
Plaquettes de pilules contraceptives
Crédit : AFP
Philippine Rouvière Flamand

Jeudi 9 septembre 2021Olivier Véran, ministre de la Santé, annonçait la gratuité de la contraception pour toutes les femmes de moins de 26 ans. Sur le site du ministère, on peut lire : "Afin de faciliter l'accès des jeunes femmes à la contraception, la prise en charge intégrale des frais liés à la contraception dès le 1er janvier 2022 concerne toutes les femmes jusqu'à l'âge de 26 ans et non plus seulement les mineures".

Si cette loi concerne bien toutes les femmes de moins de 26 ans, elle ne concerne pas toutes les contraceptions, ni même tous les actes médicaux. "Toutes les contraceptions féminines seront prises en charge par l’Assurance-maladie, sans distinction " annonçait en premier lieu le ministre de la Santé

Pourtant, on a appris plus tard que seuls le stérilet, l'implant, le diaphragme et la pilule seraient remboursés. Les préservatifs masculins et féminins, les crèmes spermicides, les patchs et les anneaux vaginaux ne sont donc pas concernés par la mesure.

La pilule

Là où il y a méprise, c'est sur les différences entre les générations de pilules : la première et la deuxième sont remboursées alors que la troisième et la quatrième ne le sont pas. Pour savoir à quelle génération appartient sa pilule, il suffit de taper son nom sur Internet. Or, plus aucune pilule de première génération n'est autorisée à la vente depuis 2016

À lire aussi

Comment faire si la pilule que vous prenez depuis des années n'est pas de la deuxième génération ? En général, les pilules de troisième et quatrième générations ne sont pas prescrites en première instance, à moins que celles deuxième génération ne conviennent pas. La génération de pilule prise n'est donc pas un choix personnel. Elle est déterminée par des raisons médicales. Pour les femmes concernées qui souhaitent voir leur contraception remboursée, il faudrait donc changer de méthode contraceptive.

Consultations remboursée ?

"Il y aura une prise en charge de la contraception hormonale, du bilan biologique qui peut aller avec, de la consultation de prescription et de tous les soins qui sont liés à cette contraception, jusqu’à 25 ans, à compter du 1er janvier 2022", avait annoncé Olivier Véran

Mais là encore, c'est un petit peu plus compliqué que ça. Tout d'abord, d'après le Syngof, le syndicat des gynécologues médicaux et des gynécologues obstétriciens, publics et privés, le remboursement de consultation pour la contraception n'est valable que pour une consultation par an. Or, quand il est question de trouver la contraception qu'il convient, des rendez-vous sont fixés plusieurs fois par an. Pour une contraception hormonale, le corps met 6 mois à s'adapter. Si une contraception hormonale ne convient pas, il faut donc y aller au moins deux fois dans l'année. De plus, certains médecins dépassent largement les honoraires

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/
<