1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. La colère des archéologues contre les chercheurs de trésors amateurs
2 min de lecture

La colère des archéologues contre les chercheurs de trésors amateurs

Dans le magazine "Society", une longue enquête sur les conflits entre les archéologues et les chercheurs de trésors amateurs, qui "saccagent" les sites archéologiques.

Un homme cherchant des trésors sur la plage avec un détecteur de métaux
Un homme cherchant des trésors sur la plage avec un détecteur de métaux
Crédit : BRUCE BENNETT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP
La colère des archéologues contre les chercheurs de trésors amateurs
02:57
La colère des archéologues contre les chercheurs de trésors amateurs
02:57
Agnès Bonfillon

Les chasseurs de trésors sont de plus en plus nombreux en France et pourtant ce hobby,  les autorités ont bien du mal à l'encadrer. Jean Pierre est un passionné, à 50 ans, il reconnaît que tout petit il avait déjà le regard planté en permanence  dans le sol à la recherche d'une bille, d'une piécette, comme on le découvre dans le magazine Society.

Depuis une quinzaine d'années, il pratique à un autre niveau, armé d'un détecteur de métaux, il a amassé plus de 13 kilos de monnaie ancienne, mais aussi des tessons de poterie, des objets de différentes époques. Sauf que les professionnels eux ne voient pas du tout cette concurrence d'un bon œil. Un véritable fléau qui porte atteinte au patrimoine commun : "On ne s'improvise pas archéologue, c'est une activité encadrée...".

Alors que dit la loi justement ? Et bien pour utiliser un détecteur de métaux, "vous devez avoir l'autorisation du propriétaire du terrain, mais aussi de la préfecture et là, trop de paperasse" soupire Jean Paul. Trop de réglementation qui pousse à agir dans la clandestinité. Une clandestinité à laquelle certains ajoutent le saccage. L'archéologue Eric Champault ne décolère pas contre les gros "bœufs qui bousillent tout", ce sont les mots qu'il emploie.

Des tombes pillées

Il faut dire qu'en 2012 au retour d'un week-end avec son équipe ils retrouvent la nécropole mérovingienne qu'ils fouillaient complètement défigurée. Les tombes avaient été chamboulées, pillées. Ce n'était pas de simples amateurs du dimanche, ils savaient ce qu'ils faisaient.

À lire aussi

Parfois la justice s'en mêle. En décembre dernier nous en avions parlé sur RTL : un particulier dans l'est de la France avait été interpellé chez lui avec près de 27.000 objets archéologiques chez lui : valeur estimée à 700.000 euros

Il risque une très grosse amende et même de la prison ferme. De quoi décourager les autres ? Pas vraiment : notre confrère, Robin Bouctot, est allé à la rencontre de plusieurs vendeurs de détecteurs de métaux et franchement les affaires se portent bien, très bien.

Peut-être que la législation évoluera t elle ?

Comme ce qui se fait outre-Manche par exemple. Là-bas, lorsque le prospecteur trouve un trésor, les archéologues prennent le relais tout naturellement, un travail main dans la main puisqu'en bout de chaine ce sont les musées qui récupèrent les différentes trouvailles. Alors, quel avenir pour les chasseurs du passé ?

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/